Budget : Ecolo appelle à revoir la trajectoire qui asphyxie les Belges

25/03/13 à 13:48 - Mise à jour à 13:48

Source: Le Vif

Ecolo a tiré "la sonnette d'alarme" lundi, demandant au gouvernement fédéral de "renégocier sans attendre avec les autorités européennes le rythme de la trajectoire budgétaire", au risque d'"accélérer non seulement la crise des finances publiques mais surtout celle des ménages belges".

Budget : Ecolo appelle à revoir la trajectoire qui asphyxie les Belges

© Image Globe

Ecolo s'est dit "très inquiet de l'autisme du gouvernement", qui se montre "insensible à l'inefficacité" des mesures budgétaires prises jusqu'ici et prêt à renouveler cet exercice en "ingurgitant ce remède européen périmé", selon un communiqué après le Bureau du parti.

"L'austérité budgétaire crée la crise" "L'austérité budgétaire crée la crise. Ce n'est pas Ecolo qui le dit mais un nombre d'économistes plus nombreux chaque jour, jusqu'au chief economist du FMI", ont souligné les Verts alors que le gouvernement est réuni en conclave. "Tendre à l'équilibre budgétaire est nécessaire pour les générations futures, mais y parvenir sur le dos des générations présentes renforce la crise et empêche le gouvernement fédéral d'offrir la moindre perspective positive", ont précisé les deux co-présidents, Emily Hoyos et Olivier Deleuze.

La Belgique a vu une "augmentation de 35% des faillites sur ces cinq derniers mois", avec une moyenne de 1.040 faillites par mois, en grande partie de très petites entreprises, souvent porteuses d'innovation et d'emplois locaux, ont-ils fait observer. "Les remèdes du gouvernement fédéral ne fonctionnent pas et ne permettent pas de soutenir le redéploiement de notre économie", assurent les Verts.

D'après Ecolo, "poursuivre sur la même voie que celle empruntée depuis 2011 épuise les gens jusqu'à la moelle". Les Verts dénoncent la dégressivité accrue des allocations de chômage "alors que ces derniers mois ont vu se multiplier fermetures et restructurations d'entreprises", le durcissement des conditions d'accès aux crédits temps "dont les femmes sont les premières bénéficiaires", l'allongement de la durée des carrières et du stage d'attente pour les jeunes, "sachant que 18% des jeunes sont au chômage". Dans une période déjà morose, on assiste à un "net et cinglant recul des droits sociaux", selon les écologistes, qui siègent dans l'opposition au fédéral.

Protéger la majorité de la population

Les prochains efforts budgétaires devront protéger la majorité de la population, "déjà trop sollicitée"; il faut s'attaquer "aux causes de la crise et non à ses victimes", disent les Verts qui rappellent quelques-unes de leurs pistes: taxation des plus-values, limitation des parachutés dorés et des rémunérations excessives (600 millions d'euros), uniformisation des taux et suppression des plafonds de la taxe sur les opérations boursières (500 millions d'euros), cotisation de crise sur le grand patrimoine supérieur à 1,25 million d'euros en exonérant l'habitation principale et les outils de production (400 millions d'euros), intensification de la lutte contre la fraude fiscale (500 millions d'euros) et révision des intérêts notionnels (650 millions d'euros).

Il est par ailleurs urgent de dégager des moyens pour soutenir le redéploiement de notre économie et créer de l'emploi, soutient encore Ecolo. "Pour cela, nous proposons la création d'un livret d'épargne vert au sein de chaque banque belge", indique le parti. L'épargne confiée par les Belges serait directement réinvestie dans des activités économiques locales, durables et créatrices d'emploi. "Il s'agit d'une mesure essentielle quand on voit que les refus de crédits aux PME ont augmenté de 45% en 2 ans (soit un refus sur trois)", a-t-il conclu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires