Bruxelles : "Même les dingues au fédéral ne tablent sur l'équilibre budgétaire qu'en 2018"

16/10/14 à 21:42 - Mise à jour à 17/10/14 à 07:17

Source: Belga

Après l'aile libérale de l'opposition bruxelloise, la gauche (Ecolo et PTB) s'est inquiétée jeudi après-midi de l'impact des intentions du gouvernement bruxellois sur une population de plus en plus confrontée à la pauvreté.

Bruxelles : "Même les dingues au fédéral ne tablent sur l'équilibre budgétaire qu'en 2018"

© Belga Image

Du côté néerlandophone, la N-VA s'est plutôt attardée sur l'insuffisance d'objectifs chiffrés et sur le nombre d'institutions bruxelloises élevé. Pour les Verts francophones, sans attendre le débat budgétaire, Zoé Genot s'est inquiétée du prix que les bruxellois devront payer pour permettre au gouvernement de réaliser les centaines de millions d'économies qu'il a annoncées pour maintenir l'équilibre.

"Même les dingues qu'il y a au fédéral ne tablent sur l'équilibre budgétaire qu'en 2018, a notamment dit la cheffe de groupe Ecolo Zoé Genot, vivement prise à partie par Benoît Cerexhe (cdH) pour le changement d'attitude aussi rapide des Verts après dix années passées dans la majorité et par le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel (Open VLD) - "ce n'est pas parce que les autres vont en faillite qu'il faut en faire autant". La cheffe de file Ecolo a par ailleurs critiqué le maintien annoncé du bonus logement jusqu'en 2017, une mesure largement au bénéfice de "gens qui n'en ont pas besoin", et dont les montants équivalents pourraient renforcer, entre autres, les aides au logement. Elle a par ailleurs demandé une évaluation des effets pervers du dispositif de garantie emploi jeunes sur les emplois durables. Ce point de vue a été également soutenu avec un accent plus tranché par les élus du PTB qui ont dénoncé l'absence, selon eux, de tout plan de lutte contre la pauvreté dans la déclaration de Rudi Vervoort et la faiblesse de signes de volonté de lutter contre la crise du logement. Sous un angle d'attaque tout différent, Johan Van Den Driessche (N-VA) a reproché à Rudi Vervoort de ne pas avoir fixé d'objectifs précis sur le nombre d'emplois à créer, la diminution du nombre de jeunes au chômage, le nombre d'incubateurs d'entreprises à créer, de PME nouvelles... Il a ensuite déploré l'on se préparait à créer des institutions supplémentaires dans une ville qui en compte d'après lui beaucoup trop.

En savoir plus sur:

Nos partenaires