Bruxelles: le gouvernement vise la création de 6.000 nouveaux logements par an

21/09/13 à 19:53 - Mise à jour à 19:53

Source: Le Vif

Le gouvernement bruxellois s'est entendu samedi sur un objectif de création de 6.000 nouveaux logements par an jusqu'en 2020 afin de faire face à la hausse programmée de la population dans la capitale.

Bruxelles: le gouvernement vise la création de 6.000 nouveaux logements par an

© Image Globe

Vingt pour cent de ces nouveaux logements, soit 1.200 par an, seront pris en charge par les pouvoirs publics, selon le Plan régional de développement durable (PRDD) bouclé samedi par l'équipe de Rudi Vervoort à l'issue d'un séminaire de deux jours à Liège.

Soixante pour cent de ces logements financés par les pouvoirs publics seront réservés aux ménages bénéficiant de revenus sociaux, le solde, soit 40%, allant aux personnes à revenus moyens.

Cet objectif de 6.000 nouveaux logements par an pourra être atteint au moyen de nouvelles constructions, mais aussi des reconversions de bureaux, la construction d'immeubles plus élevés et l'urbanisation de friches, selon le PRDD. Celui-ci prévoit aussi le développement d'équipements collectifs pour soutenir le développement des quartiers, comme la création d'écoles, d'infrastructures sportives et de commerce de proximité.

Il dessine aussi une "mobilité repensée" afin notamment de mieux tenir compte des noeuds de transport public, mais aussi promouvoir les déplacements doux pour parvenir à un "usage raisonné de la voiture", et combattre ainsi la congestion automobile grandissante dans la capitale.

Sur proposition du secrétaire d'Etat au Logement, Christos Doulkeridis (Ecolo), le gouvernement bruxellois a également adopté samedi une "Alliance Habitat", destinée à lutter contre la cherté du logement à Bruxelles, laquelle risque de se renforcer avec la hausse démographique attendue dans la capitale.

Concrètement, cette Alliance, qui sera dotée d'un budget pluriannuel global de 953 millions d'euros, vise à développer l'offre de logements publics sur le marché locatif, permettre aux Bruxellois d'accéder plus aisément à la propriété, et encourager enfin une véritable relance économique en Région de Bruxelles-Capitale par la création de 1.600 emplois directs durant cinq ans dans le secteur de la construction.

"Par le biais de cette Alliance, la Région entend apporter sa pierre à la relance économique du pays", souligne Christos Doulkeridis dans un communiqué.

Outre la construction de nouveaux logements qui absorbera quelque 600 millions d'euros, l'Alliance Habitat programme une poursuite des programmes rénovation du parc de logements sociaux en Région bruxelloise. Trois cent millions d'euros seront mobilisés à cet effet sur une période de quatre ans.

Enfin, l'initiative met également en place une expérience pilote d'allocation-loyer dotée de 2 millions d'euros. L'objectif est ici de diminuer le poids du loyer dans le budget des ménages les plus fragilisés, et augmenter par ce biais leur pouvoir d'achat. Elle profitera, dès le mois de janvier prochain normalement, à 1.000 ménages prioritaires toujours inscrits sur les listes d'attente de logement social à Bruxelles.

Le gouvernement bruxellois s'accorde sur le montage financier et juridique du projet NEO

Le gouvernement bruxellois a également balisé les montants nécessaires ainsi que le montage financier et juridique pour le projet NEO de réaménagement du plateau du Heysel. Ceux-ci devraient être bouclés avant la fin de cette année, ce qui devrait permettre le lancement des premiers marchés dès l'année prochaine, indiquait-on samedi de source proche du dossier.

Le projet, porté par la Région et la Ville de Bruxelles, vise notamment à construire sur le plateau du Heysel un vaste centre commercial assorti de bureaux et de 500 logements, ainsi qu'un centre de convention destiné à soutenir le tourisme d'affaires dans la capitale.

Ville et Région ont convenu de mobiliser, à parts égales, la somme de 335 millions d'euros au sein d'une structure commune pour concrétiser le projet auquel des partenaires privés doivent également s'associer.

Un "plan com'" et un "écran de fumée" pour l'opposition MR

Le chef de groupe de l'opposition MR au Parlement bruxellois, Vincent De Wolf, a dénoncé samedi le "plan com" du gouvernement bruxellois, réuni deux jours à Liège.

"Cette annonce, formulée il y a déjà 6 mois (...), n'est qu'un écran de fumée qui ne cache en rien le triste bilan de l'Olivier", a commenté le député-bourgmestre d'Etterbeek dans un communiqué. "En termes de création de logements publics, rappelons que la Région bruxelloise s'est depuis près de 10 ans montrée incapable de mettre en oeuvre son Plan régional Logement, lequel prévoyait la création de 5.000 nouveaux logements. A ce jour, à peine 3.000 de ces nouveaux logements sont sortis de terre, soit une moyenne de 300 logements par an", affirme l'élu réformateur.

Selon lui, c'est pour tenter de réparer ce qu'il qualifie d'"échec" que le gouvernement bruxellois impose aux promoteurs immobiliers privés de construire du logement social sous peine d'une amende.

"Dans tous les cas, cette obligation se répercutera sur le prix de vente des logements privés. Alors que les ménages à revenus moyens peinent à acquérir un logement à Bruxelles, alors que l'exode de la classe moyenne est une réalité de plus en plus dangereuse pour notre Région, la majorité adopte là une politique qui rendra encore plus difficile l'accès à la propriété aux jeunes travailleurs bruxellois! ", souligne M. De Wolf.

Dénonçant les "effets d'annonce" et les "grand-messes comme aujourd'hui à Liège", le réformateur pointe également les récentes déclarations de Joëlle Milquet en faveur d'un plan pour Bruxelles sur 10 ou 15 ans, ou le plaidoyer de Laurette Onkelinx pour "mettre le turbo" à Bruxelles.

"C'est oublier que (ces partis )sont, ensemble, à la manoeuvre régionale depuis bientôt 10 ans!", grince-t-il. "A quelques mois des élections, une chose est certaine, il n'y a aucun Usain Bolt ou frère Borlée dans l'exécutif bruxellois! Aucun sprint de dernière minute ne permettra de sauver le bilan de l'Olivier et de mener les politiques qui ont fait défaut depuis plusieurs années".

Nos partenaires