"Bruxelles doit coopérer tant avec la Flandre qu'avec la Wallonie"

19/09/13 à 19:47 - Mise à jour à 19:47

Source: Le Vif

Le CD&V est partisan déclaré de la coopération. Mais Bruxelles doit coopérer tant avec la Flandre qu'avec la Wallonie, a affirmé jeudi la ministre bruxelloise du CD&V Brigitte Grouwels à l'annonce de l'accord entre quatre présidents de partis francophones sur la manière dont les compétences transférées (santé, aide aux personnes, allocations familiales) seront exercées en Wallonie et à Bruxelles.

"Bruxelles doit coopérer tant avec la Flandre qu'avec la Wallonie"

© Belga

"Si la coopération reste limitée à la Wallonie, alors il y a un problème. Bruxelles est plus que 'Wallo-Brux'", a commenté la cheffe de file des démocrates chrétiens flamands dans la capitale.

Selon Mme Grouwels, le CD&V a toujours plaidé pour une région-capitale de Bruxelles forte, dans laquelle les deux Communautés du pays sont actives. Il plaide toujours pour une concertation constructive et la coopération entre les Régions et les Communautés dans le pays.

"Cela vaut évidemment aussi pour les nouveaux domaines de compétence de la Région bruxelloise et de la Commission Communautaire Commune après la sixième réforme de l'Etat. Pour autant que cela concerne des compétences attribuées à la Communauté française, et/ou à la Commission Communautaire Française, c'est aussi leur affaire. Il sera d'ailleurs bon que la Communauté française prenne ses responsabilités à part entière dans la capitale tout comme la Communauté flamande doit continuer à le faire", a ajouté la ministre CD&V.

Brigitte Grouwels a encore jugé qu'en ce qui concerne les compétences de la Région bruxelloise et de la Commission Communautaire Commune, les Bruxellois francophones ne pouvaient conclure d'accord avec la Wallonie et/ou la Communauté française sans conclure au préalable un accord avec les responsables politiques flamands à Bruxelles.

"C'est précisément pour cette raison que le CD&V a veillé, au cours des négociations, à ce que toutes les garanties d'une participation politique équilibrée des deux groupes linguistiques soient maintenues voire renforcées sur certains points", a-t-elle insisté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires