Brigitte Waroquier, institutrice héroïne au quotidien dans Les Enfants du Hasard

19/03/17 à 09:08 - Mise à jour à 18/03/17 à 17:24
Du LeVif/l'Express du 17/03/17

Tourné à Cheratte, le long-métrage Enfants du Hasard raconte une année scolaire dans une classe de primaire, avant le départ vers l'école secondaire. Un film qui rend hommage à Brigitte Waroquier, son institutrice. Un bonheur.

En avril 2015, Thierry Michel sollicite un entretien avec Brigitte Waroquier. Il est là un peu par hasard : au départ, le cinéaste était parti sur l'idée de montrer les liens qui unissent un charbonnage, ses vieux mineurs et leurs petits-enfants. Alors qu'il arpente l'ancien site du Hasard, laissé à l'abandon depuis 1977, il trouve une perle rare : la tour d'extraction qui domine, tels les restes d'un château médiéval, la modeste école communale de Cheratte-Bas. En une heure, Thierry Michel expose à l'institutrice son projet : filmer sur un an ses 16 élèves, tous musulmans et issus de l'immigration turque, à part le petit Lucas, seul Belge d'origine. Il lui a fallu quatre mois pour obtenir la confiance de Brigitte Waroquier. " Ça n'allait pas de soi, nous avoue-t-elle. La présence d'autres adultes n'est pas habituelle pour un enseignant ! " Si Madame Brigitte a dépassé son appréhension, c'est, " par désir d'offrir à ses élèves une expérience extraordinaire " et " pour les mettre en situation d'oser prendre la parole dans cette langue qui les handicape souvent ".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires