Brexit - Londres "inapte" à négocier le Brexit, estime le leader de l'opposition travailliste

10/01/17 à 22:30 - Mise à jour à 22:32

Source: Belga

(Belga) Le leader de l'opposition travailliste britannique a accusé mardi le gouvernement conservateur de Theresa May d'être "inapte" à négocier le Brexit, estimant qu'il n'a pas de plan et sera incapable de faire de la sortie de l'Union européenne un succès.

"A aucun moment depuis la Seconde Guerre mondiale, l'élite au pouvoir au Royaume-Uni n'a mis si imprudemment le pays dans une situation aussi exposée sans avoir de plan", a déclaré Jeremy Corbyn devant des militants réunis à Peterborough, dans le centre de l'Angleterre. "Résultat: ils en sont réduits à répéter +Brexit signifie Brexit+. Ils sont inaptes à le négocier", a-t-il ajouté. Jeremy Corbyn, qui a fait campagne pour rester dans l'Union européenne, a souligné qu'il acceptait le résultat du référendum du 23 juin 2016 et qu'il ne bloquerait pas l'activation d'ici fin mars de l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui doit lancer officiellement les négociations de divorce. Mais il a averti que son parti se battrait pour que le pays continue à avoir un "plein accès" au marché unique européen et pour un accord qui donnera la priorité "à des emplois et à un niveau de vie décents". "Il est hors de question de donner aux Tories de Theresa May un laissez-passer pour des négociations sur le Brexit pour pérenniser davantage les politiques libérales qui ont échoué", a-t-il ajouté. Mme May n'a pas dévoilé sa stratégie de négociations mais a laissé entendre dimanche qu'elle privilégierait le contrôle de l'immigration en provenance de l'Union européenne sur l'accès au marché unique européen. M. Corbyn défend pour sa part la liberté de mouvement des travailleurs, ce qui risque de lui aliéner certains électeurs, craignent des députés travaillistes, alors que le parti est loin derrière les conservateurs dans les sondages. Mardi, le chef des travaillistes a souligné cependant qu'il souhaitait limiter l'immigration bon marché dans certains secteurs, coupable aux yeux des Britanniques de concurrencer les salariés nationaux et de tirer leurs rémunérations vers le bas. (Belga)

Nos partenaires