Brésil: Lula peut assumer ses fonctions de ministre après un jugement favorable

18/03/16 à 22:08 - Mise à jour à 22:08

Source: Belga

(Belga) Un tribunal de Rio de Janeiro a décrété vendredi que l'ex-président brésilien Lula pouvait au moins provisoirement assumer ses fonctions de ministre, en annulant l'ordonnance d'un juge de première instance qui le lui interdisait, a-t-on appris de source judiciaire.

Le feuilleton autour de l'entrée controversée au gouvernement de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva est toutefois loin d'être terminé. La Cour suprême (STF) est saisie de 12 demandes non suspensives réclamant d'interdire à Lula d'exercer sa fonction de chef de cabinet (quasi Premier ministre) au motif qu'elle constituerait une entrave à l'enquête qui le vise pour corruption. Au total, une cinquantaine de demandes similaires ont été soumises à l'examen de juges à travers tout le Brésil, selon l'avocat du gouvernement. Cette guérilla juridique crée une grande incertitude sur le sort politique de l'ancien président dans les prochains jours. La présidente Dilma Rousseff, elle-même sous la menace d'une procédure de destitution examinée par les députés, avait appelé son mentor politique à la rescousse et l'avait nommé mercredi au poste de chef de cabinet. Lula a échappé par la même occasion à la menace réelle d'un placement en détention provisoire par le juge fédéral Sergio Moro, qui le soupçonne de "corruption et blanchiment" dans le cadre de son enquête tentaculaire sur les détournements de fonds au sein du géant étatique pétrolier Petrobras. Les ministres ne peuvent en effet répondre pénalement de leurs actes que devant la Cour suprême. Cette nomination a été considérée par l'opposition comme une dérobade et par certains magistrats comme une entrave à la justice. Un tribunal de Brasilia avait annulé jeudi soir la suspension de l'entrée au gouvernement de l'ex-président Lula par un juge de première instance. Le tribunal de Brasilia avait estimé que la justice ne pouvait "interférer dans les attributions du chef du pouvoir exécutif de nommer ou destituer les ministres de l'Etat". Cela constituerait en effet "une ingérence juridictionnelle dans sa sphère" de pouvoir, selon le jugement. Mais un autre juge avait dans la foulée ordonné à nouveau la suspension de l'entrée en fonctions de Lula. Une décision à nouveau renversée vendredi, cette fois par le tribunal de Rio. (Belga)

Nos partenaires