Bilinguisme des hauts fonctionnaires: le GERFa demande la saisie du comité de concertation

22/10/16 à 18:50 - Mise à jour à 18:53

Source: Belga

(Belga) Le GERFA, le groupe d'étude et de réforme de la fonction administrative, demande aux gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et wallon de saisir le comité de concertation "dans la mesure où les droits des francophones sont gravement menacés par le projet d'arrêté royal" permettant l'instauration du bilinguisme fonctionnel pour les hauts fonctionnaires, a-t-il fait savoir samedi.

"Au conseil des ministres du 20 octobre dernier, le ministre N-VA (Steven Vandeput, NDLR) a présenté un projet d'arrêté royal fixant le programme d'examen des épreuves linguistiques imposées aux managers, aux fonctionnaires évaluateurs et aux fonctionnaires responsables de l'unité de jurisprudence, soit près de 4.500 fonctionnaires fédéraux. Le MR, seul représentant francophone au gouvernement, n'a pas bronché et a laissé passer le projet", dénonce le syndicat dans un communiqué. Ce projet "sonne le glas des principes acquis en 1932, à savoir l'unilinguisme des agents qui leur permet d'être recrutés et de faire carrière dans leur langue, sans condition légale de connaissance de l'autre langue, et le bilinguisme des services qui impose que les services soient organisés de telle manière qu'ils puissent répondre aux usagers dans chacune des deux langues nationales", ajoute le GERFA. "Le MR s'est révélé incapable de tenir le dernier barrage et a accepté cette ultime concession qui interdira à l'avenir à la plupart des Wallons (80% des francophones) de briguer un poste de direction dans les ministères fédéraux", poursuit-il. Dans ce contexte, "et dans la mesure où les droits des francophones sont gravement menacés, nous demandons la saisie du comité de concertation", conclut le groupe d'étude. (Belga)

Nos partenaires