24/11/15 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Bienvenue en absurdie

Actuellement, l'enjeu pour le citoyen est de décoder l'information gouvernementale afin de tenter de comprendre la situation. Cela demande une véritable créativité.

Bienvenue en absurdie

© Belga

Monsieur le Premier Ministre,

En préambule, je concède que, nous, citoyens, face à la situation inédite à laquelle notre pays fait face actuellement, ne pouvons ni ne devons tout maîtriser (tant s'en faut) des décisions qui sont prises par le gouvernement. La sécurité passe par votre maîtrise de l'information et je le conçois parfaitement. Rassurez-vous, je ne revendique rien.

Alors, l'enjeu pour nous est de décoder l'information pour tenter de comprendre, et croyez-moi, cela demande une véritable créativité.

Entre autres choses : vous avez décidé de fermer toutes les écoles de Bruxelles jusqu'à mercredi matin. Pour en arriver là, il fallait que la menace soit très précise (mais je pense avoir bien intégré le concept de niveau 4) donc encore une fois je ne me permettrais pas de remettre en cause le bien-fondé de cette décision.

Non, ce qui m'a interpellée, c'est que cette décision drastique soit limitée à Bruxelles. J'ai donc deviné que, soit vous aviez érigé une sorte de frontière inviolable (vous êtes très fort !), soit les terroristes n'étaient pas motorisés. Alors j'ai aussitôt été rassurée de pouvoir envoyer mes enfants dans leur école située à 10 minutes de Bruxelles.

Là où je suis un peu sceptique, c'est qu'hier soir, vous avez indiqué poursuivre ce niveau 4 toute la semaine, mais que les écoles bruxelloises pourraient rouvrir mercredi... Pardon, mais je suis un peu perdue... Que se passera-t-il dans la nuit de mardi à mercredi, pour permettre tout à coup à ces mêmes écoles de rouvrir en toute sécurité alors que (au moment où vous vous exprimiez hier soir) la menace ne serait pas dévaluée mercredi matin ?

J'ai tenté de décoder en écoutant Madame Milquet, mais elle m'a un peu perdue aussi avec ses histoires de "safe room", reprochant aux journalistes d'avoir diffusé cette information qu'elle leur avait fait parvenir en souhaitant qu'elle reste confidentielle. Là j'ai douté d'avoir bien entendu... Envoyer une information aux journalistes, en s'attendant à ce qu'ils ne la diffusent pas au public... J'étais interloquée, puis j'ai compris qu'elle plaisantait, et j'ai trouvé ça très drôle.

C'est important l'humour, c'est l'une des caractéristiques touchantes de notre peuple, et j'ai bu du petit lait ce matin en découvrant le tweet de la police nationale proposant un bol de croquettes à tous nos chats dont nous avons inondé la Toile hier, en bons citoyens. D'avoir fait preuve de solidarité en respectant le silence sur les interventions en cours me rend fière de notre pays.

Par contre, je n'ai pas trop compris : c'était de la solidarité envers les Bruxellois, l'action de la CSC-FGTB d'empêcher toute circulation de bus et métro à Charleroi hier en maintenant une action de grève dans une ville en alerte 3 ? Et, pardon si je suis naïve, mais si vous pouvez fermer les métros, les magasins, les écoles d'une capitale, vous ne pouvez rien faire pour empêcher les actions inconscientes des syndicats, juste cette semaine ?

Je n'ai pas trouvé ça très drôle moi, je trouve même ça particulièrement déplacé d'effectuer une grève intersectorielle en ce moment, comme si les forces de l'ordre n'étaient pas assez occupée à tenter de nous sauver d'attentats imminents. Peut-être ont-ils pensé que la police s'ennuyait entre deux perquisitions, je ne sais pas. Non, je pense qu'ils n'ont pas très bien compris la situation, sans doute faudrait-il la leur expliquer avec d'autres mots, vous savez, comme s'ils avaient 5 ans.

Enfin, tout ça ce sera pour plus tard, quand nous pourrons à nouveau nous promener librement dans les rues de la capitale, boire une bière au Roy d'Espagne, ou manger une frite au Sablon en s'amusant du chiot que Poutine envoie à Hollande pour remplacer Diesel, morte en héroïne pour la patrie française.

... Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour dans ma vie mais... il est drôle aussi, Poutine, en fait !

En savoir plus sur:

Nos partenaires