Bientôt la fin de la priorité de droite ?

29/01/15 à 10:50 - Mise à jour à 10:50

Source: Knack

De plus en plus de communes suppriment la priorité de droite sur les routes où il y a beaucoup de trafic. C'est ce qui ressort des chiffres de l'IBSR. Mais ces changements brouillent les pistes et provoquent des accidents.

Bientôt la fin de la priorité de droite ?

© Thinkstock

De plus en plus de communes belges suppriment les priorités de droite. Et ce changement provoque la confusion et entraîne de nombreux accidents. Pour pallier cette situation, les communes placent des panneaux pour mieux informer les conducteurs. Ceux-ci sont généralement placés aux abords de carrefours où il y a beaucoup de passage ou encore sur des voies rapides qui relient deux communes.

Un manque de logique

"Dans de nombreux endroits, la priorité de droite n'est pas une chose logique : lorsqu'on se trouve sur une route principale ou le trafic est dense, il est en effet étrange de devoir donner la priorité aux conducteurs qui se trouvent sur une route annexe", précise Koen Peeters de l'IBSR, interrogé par Het Nieuwsblad. "Surtout si à cause de l'infrastructure même de certaines voiries, les conducteurs pensent spontanément qu'ils sont sur une voie prioritaire. C'est le flou qui crée la confusion. Pour éviter cela, on doit placer davantage de panneaux-stop et du marquage en dents de scie". Selon l'organisation on ferait même mieux de carrément supprimer cette règle, car "c'est un principe dépassé".

Moins de panneaux

Stijn Daniels (UHasselt) n'est pas d'accord avec cette idée. "Il est bon que ceux qui sont responsables de la voirie réfléchissent aux différentes adaptations possibles, mais une généralisation de la mesure n'est vraiment pas souhaitable" dit-il dans l'émission De Ochtend op Radio 1. "Après tout, cette règle est utile. Par exemple lorsque la hiérarchisation des voies qui se croisent est clairement établie. Dans ce cas-là, pas besoin de panneau de circulation et cela représente une économie notable pour la commune.

Ne pas laisser la place au doute

Par contre, toujours selon Daniels "si, à certains endroits, les conducteurs sont nombreux à ne pas rouler selon les règles, c'est qu'il faut intervenir et adapter la signalisation. Dans la circulation, il n'y a rien de pire que le doute et l'interprétation personnelle. Il faut analyser la situation au cas par cas et agir en conséquence."

En savoir plus sur:

Nos partenaires