BHV: il n'y aura pas d'accord pour jeudi

21/04/10 à 12:40 - Mise à jour à 12:40

Source: Le Vif

Cela semble clair: au grand dam de l'OpenVLD, il n'y aura pas d'accord sur BHV avant la séance plénière de la Chambre, demain jeudi. Les petits jeux de stratégie vont bon train autour de la table des négociations.

BHV: il n'y aura pas d'accord pour jeudi

© Belga

L'idée d'un accord ficelé sur Bruxelles-Hal-Vilvorde qui pourrait être présenté jeudi à la Chambre ne convainc personne du côté francophone, ressortait-il mercredi des déclarations dans les médias et des contacts pris dans les partis. Beaucoup ont d'ailleurs fait remarquer que s'enfermer dans des ultimatums compliquait généralement les discussions. Les négociations ont commencé, ce qui est positif en soi, mais seulement mardi en fin d'après midi, ajoutait-on.

Rétroactes sur un début de semaine agité

Lundi vers 21h30, Jean-Luc Dehaene a présenté ses premières propositions au cours d'une réunion qui ne s'est pas très bien passée, aux dires de certains partis. Trop flamand, ont jugé les partis francophones quelque peu étonnés par l'attitude et la position du médiateur: devant l'inexpérience d'Alexander De Croo (Open Vld) et Wouter Van Besien (Groen!), Jean-Luc Dehaene est apparu comme le premier négociateur flamand, très dur envers les francophones.

Mardi, à 16h, Jean-Luc Dehaene et le Premier ministre Yves Leterme ont réuni une nouvelle fois les présidents des partis de la majorité fédérale ainsi que ceux des formations écologistes. Les francophones s'étaient toutefois vus avant et ont porté au médiateur un message: ils entendent que l'on négocie non sur la base de ses seules propositions mais aussi de la position défendue par les francophones. La fermeté et l'unité francophone auraient surpris celui qui était chargé de déminer une situation tout en équilibre. Mais celui-ci a répliqué en annonçant qu'il mettait fin à sa mission. La surprise a été générale, a-t-on ajouté.

Les négociations n'ont pas pris fin pour autant. Elles seront désormais dirigées par Yves Leterme, et Jean-Luc Dehaene pourra toujours prêter son assistance à celles-ci. "Ce n'est plus le même homme et les conditions ne sont pas si mauvaises pour lui. Il a plutôt bien commencé comme Premier ministre et Marianne Thyssen semble plutôt de bonne volonté", soulignait un représentant francophone à propos d'Yves Leterme.

L'élargissement de Bruxelles, première revendication du FDF

Peu d'informations ont circulé jusqu'à présent sur le contenu des propositions de Jean-Luc Dehaene et la position défendue par les francophones. Mercredi matin, le président du FDF, Olivier Maingain, qui ne participe pas directement aux négociations, a fait savoir que son parti était prêt à poursuivre les négociations sur BHV, à condition que les partis francophones mettent sur la table leurs propres exigences, dont l'élargissement de la Région bruxelloise fait partie. Les autres partis n'ont pas encore commenté cette position officiellement mais en "off", on rappelait que si l'élargissement est revendiqué, c'est en contrepartie de la scission pure et simple. Et que l'accord avorté de 2005, auquel avait participé M. Maingain, ne contenait pas l'élargissement géographique de la Région bruxelloise.

La priorité: calmer l'OpenVLD

Mercredi à midi, seuls le MR et le FDF avaient convoqué des bureaux de parti. S'il n'y avait pas de réunions officiellement annoncées dans les autres partis, les cogitations devaient aller bon train notamment à l'OpenVLD. Le ministre Vincent Van Quickenborne a annulé une conférence de presse qu'il devait tenir à 11 heures. "Il y a des choses plus importantes ce matin", commentait-on à son cabinet. Ce parti a en effet répété à plusieurs reprises qu'il voulait une solution pour jeudi, première réunion de la séance plénière de la Chambre après les vacances de Pâques. Que feront les libéraux flamands s'il n'y a pas d'accord et si les négociations se prolongent?

Une nouvelle réunion de négociations est toujours programmée pour ce mercredi après-midi ou soir. Les chances qu'elle aboutisse à un accord entièrement ficelé semblent très minces. Les prochaines heures de négociations pourraient dès lors être consacrées à la recherche d'une formule qui permettrait à l'OpenVLD de se considérer comme satisfait sans toutefois qu'il y ait un accord définitif jeudi.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires