BHV: "Ce qu'on nous présente n'est même pas négociable"

20/04/10 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Source: Le Vif

Le président du FDF, Olivier Maingain, qui ne fait pourtant pas partie des négociations avec Jean-Luc Dehaene, a semé le trouble chez les négociateurs.

BHV: "Ce qu'on nous présente n'est même pas négociable"

© Belga

"Ce qu'on nous présente n'est même pas une base de négociation acceptable. C'est un cahier de revendications flamandes, tout simplement. M. Dehaene se comporte en chef de file de la délégation flamande", déclare le président du FDF Olivier Maingain dans une déclaration publiée sur site internet du quotidien Le Soir.

Olivier Maingain épingle, en particulier, la scission de l'arrondissement judiciaire. "Pourquoi vient-on avec cela? On nous a expliqué que l'urgence, c'était de régler le problème de l'arrondissement électoral. L'arrondissement judiciaire n'a rien à voir là-dedans. En 2005, dans le quasi-accord, on ne scindait pas l'arrondissement judiciaire, on le dédoublait. En clair, on créait un tribunal unilingue francophone et un unilingue néerlandophone compétent sur tout Bruxelles-Hal-Vilvorde! Rien à voir avec la scission, au contraire, cela améliorait les droits de tout le monde. La scission, c'est non!", dit M. Maingain.

Le président du FDF considère aussi comme "imbuvables" les compensations aux francophones de la périphérie, en échange de la scission de l'arrondissement électoral. "Ce qu'on propose, par exemple, pour la nomination des bourgmestres est insignifiant", dit-il. M. Maingain relève aussi qu'on oublie l'élargissement de Bruxelles, "qui était une revendication commune des francophones". Et d'ajouter: "On vient parler de refinancement de la Région bruxelloise. Cela n'a rien à voir. Sauf si on est dans une logique où tout peut s'acheter. Mais ce ne sera pas avec moi."

M. Maingain dit encore que sa position du MR est la même que la sienne. "Le MR fera pareil. Nos engagements sont très clairs", assure-t-il. Il ajoute: "Je ne vois du reste pas qui, parmi les francophones, pourrait accepter le genre de choses qu'on met sur la table pour l'instant".

Tension palpable suite à ces déclarations

Jusqu'à la déclaration d'Olivier Maingain, la discrétion était de mise, mardi matin, après la première réunion des présidents des partis de la majorité et des Verts avec le premier ministre Yves Leterme et le médiateur royal Jean-Luc Dehaene. L'un des éléments qui ressortait des rares commentaires visait les informations parues dans la presse, qualifiées pour partie de dépassées voire erronées.

A part cela, tout le monde restait très discret mardi matin. Seul le président du FDF Olivier Maingain a donc réagi, alors qu'il ne fait même pas partie des négociateurs. Et sa sortie a suscité un commentaire acerbe du cdH: "Les quatre partis francophones, unis, ont exprimé hier (lundi) à leurs collègues et encore une fois à Jean-Luc Dehaene leurs commentaires et points de vue collectifs. Il a été demandé à chaque parti présent autour de la table de ne pas exprimer les points de vue publiquement, ce qui avait été respecté jusqu'à présent", a regretté Joëlle Milquet

Dans les autres partis francophones, on insistait sur le bon climat de négociation. On soulignait qu'on était encore loin d'un accord même si les appréciations variaient d'une formation à l'autre. "Il reste encore de gros points sur lesquels les francophones ne peuvent pas marquer leur accord", confiait-on à une source qui précisait que "la proposition paraissait jusqu'à présent déséquilibrée".

Ailleurs, on se montrait plus nuancé. "C'est 1-1. Y a à boire et à manger", affirmait-on, en insistant sur le fait que les propositions de M. Dehaene contenaient des éléments difficiles à accepter tant par les francophones que par les néerlandophones. Selon cette même source, "l'idée reste d'avancer sur quelque chose de significatif d'ici jeudi. Tout le monde est d'accord là-dessus même si le sentier est escarpé". Des pistes font d'ailleurs l'objet d'un consensus et des techniciens travaillent actuellement à les mettre sur le papier, disait encore cette source.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires