Bernard Wesphael reste en prison

05/11/13 à 12:35 - Mise à jour à 12:35

Source: Le Vif

La chambre du conseil de Bruges confirme le maintien en détention préventive du député wallon Bernard Wesphael inculpé pour le meurtre de son épouse, Véronique Pirotton, décédée jeudi à Ostende.

Bernard Wesphael reste en prison

© Image Globe

"Cette décision ne m'étonne pas", a commenté Jean-Philippe Mayence, avocat de Bernard Wesphael. "Il faut justifier ce qui a été fait rapidement", a-t-il souligné, évoquant la délivrance du mandat d'arrêt sans la levée de l'immunité parlementaire du député. La justice a invoqué le flagrant délit qui fait office d'exception à la levée de l'immunité parlementaire. "Je suis un peu amer d'être resté ici toute la matinée pour participer à un jeu dans lequel les dés sont pipés", a déclaré Me Mayence.

La défense de Bernard Wesphael déplore que ni le rapport d'autopsie, ni le rapport toxicologique ne figurent dans le dossier. Selon Me Mayence, seul un document faisant état d'une mort violente figure dans le dossier, mais rien ne l'impute à M. Wesphael. Son maintien en détention préventive a été justifié par le besoin de procéder à de nouveaux devoirs d'enquête, ont ajouté ses avocats.

Jean-Philippe Mayence a indiqué qu'il fera appel de cette décision. Ce sera à la chambre des mises en accusation de Gand de se prononcer sur le maintien de M. Wesphael en détention.

Bernard Wesphael nie toute implication dans la mort de sa femme. Il maintient que son épouse s'est suicidée. La chambre du conseil n'a pas retenu sa version des faits.

Bernard Wesphael avait comparu mardi matin devant la chambre du conseil de Bruges quant au maintien ou non de sa détention préventive. A l'issue de l'audience, qui a duré environ 1h20, les deux avocats de M. Wesphael, Jean-Philippe Mayence et Steven Henderickx, s'étaient déjà exprimés pour défendre leur client. "C'est la première fois de ma carrière que je vois quelqu'un inculpé de meurtre alors que nous ne connaissons pas la cause du décès", a déclaré Me Mayence. "Il n'y a ni autopsie, ni rapport toxicologique dans le dossier."

Jean-Philippe Mayence a souligné qu'aucun élément dans le dossier ne témoigne d'une mort violente de la femme de Bernard Wesphael. "Cela me dérange profondément." Il s'étonne également de la rapidité avec laquelle l'immunité du député a été levée. "Cette procédure n'est pas normale", estime-t-il.

En savoir plus sur:

Nos partenaires