Bernard Wesphael en partance ?

25/03/12 à 19:25 - Mise à jour à 19:25

Source: Le Vif

Le député wallon rencontrera dimanche soir la direction d'Ecolo. A l'ordre du jour : son avenir politique et son éventuel départ du parti.

Bernard Wesphael en partance ?

© Image Globe

Partira ? Partira pas ? Les paris sont ouverts. En désaccord ouvert avec la ligne majoritaire d'Ecolo, Bernard Wesphael pourrait bientôt annoncer son entrée en dissidence. A moins que les nouveaux co-présidents, Emily Hoyos et Olivier Deleuze, trouvent les mots pour convaincre le député wallon de rester au bercail. Dans un cas comme dans l'autre, Bernard Wesphael devrait annoncer sa décision lundi matin, dans la foulée d'une ultime rencontre avec plusieurs dirigeants des verts.

Bernard Wesphael était candidat à la co-présidence d'Ecolo, en équipe avec la Bruxelloise Marie Corman. Réunis en assemblée générale le 4 mars, les militants lui ont largement préféré les tandems Emily Hoyos-Olivier Deleuze et Benoît Hellings-Muriel Gerkens, arrivés en première et deuxième position. Bernard Wesphael n'a pas non plus été choisi pour remplacer Emily Hoyos à la présidence du parlement wallon, un poste que les instances du parti ont attribué à Patrick Dupriez.

Membre d'Ecolo depuis sa fondation en 1980, Bernard Wesphael a souvent entretenu des relations compliquées avec les figures de proue du parti. En 2005, il avait été l'un des trois parlementaires écologistes (avec Zoé Genot et Céline Delforge) à voter contre le projet de Constitution européenne. A l'issue des élections régionales de 2009, il n'avait pas caché sa déception de n'être désigné ni ministre, ni président du parlement wallon. Sur le plan idéologique, il aime souligner sa différence vis-à-vis de la ligne "centriste" incarnée par Jean-Michel Javaux, comme lors de la publication de son ouvrage Changez tout, au mois de février dernier.

Jusqu'à présent, les tensions récurrentes entre Bernard Wesphael et la direction du parti ont toujours fini par s'aplanir. Mais à force de se tendre, la corde, cette fois, pourrait bien casser.

François Brabant

En savoir plus sur:

Nos partenaires