Belkacem reste en prison

24/04/13 à 22:43 - Mise à jour à 22:43

Source: Le Vif

La chambre du conseil d'Anvers a confirmé mercredi soir le mandat d'arrêt de Fouad Belkacem, l'ex-porte-parole de Sharia4Belgium, et de trois autres personnes suspectées de terrorisme. Tous les quatre envisagent de faire appel de cette décision.

Belkacem reste en prison

© Belga

Belkacem est un des membres fondateurs de Sharia4Belgium, une organisation extrémiste pour laquelle les parquets fédéral et d'Anvers disent disposer aujourd'hui d'assez d'indices pour établir qu'il s'agit d'un groupement terroriste et que ses membres participaient donc bien à des activités terroristes, comme le recrutement de jeunes musulmans appelés à participer à la lutte armée en Syrie.

Belkacem conteste toute tentative de recrutement et nie toute implication dans le terrorisme.

Les trois autres suspects nient également mais contestent de plus avoir été membres de Sharia4Belgium. "Mon client a un jour appelé Belkacem par téléphone, mais si cela suffit pour être considéré comme membre, alors je pense que de nombreux journalistes font également partie de Sharia4Belgium", avance Me Abderrahim Lahlali, qui défend Hakim E.

Son client a été grièvement blessé en Syrie. L'avocat estime que la place d'Hakim ne se trouve pas en prison étant donné son état.

Le frère d'Hakim, Abdel, a également été arrêté. "Il est allé chercher son frère blessé en Turquie mais n'a lui-même jamais mis les pieds en Syrie", explique son avocat, Johan Van Genechten.

Le quatrième suspect, Walid L., avait assisté à quelques prêches de Sharia4Belgium, mais n'était pas membre du groupuscule. Il a aussi été en Syrie, non pas pour se battre, mais bien pour aider en milieu hospitalier. "Toute personne qui se trouve en Syrie ferait bien d'y rester car une fois revenue en Belgique, elle est interpellée pour terrorisme", ironise Me Ergün Top.

Les avocats vont conseiller à leurs clients de faire appel de la décision de la chambre du conseil. L'affaire passera alors dans les 15 jours devant la chambre des mises en accusation.

Nos partenaires