Belges en Syrie - Le procès d'une filière de recruteurs et combattants en Syrie reporté

21/09/16 à 12:30 - Mise à jour à 12:31

Source: Belga

(Belga) Le procès d'une filière de treize recruteurs et combattants en Syrie supposés, établie à Maaseik (Limbourg) devait débuter mercredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles mais a été reporté à jeudi. La figure principale de ce dossier, Khalid Bouloudo, qui se trouve sous surveillance électronique, n'a pu comparaître parce que le traceur GPS de son bracelet électronique ne fonctionnait pas. Tant qu'il ne sera pas remis en route, l'homme ne peut quitter sa résidence.

Khalid Bouloudo a été condamné en 2006 à cinq ans de prison parce qu'il aurait créé, avec 12 autres individus, une cellule belge du Groupe Islamique Combattant Marocain (GICM), tenu pour responsable des attentats de Casablanca en 2003 et des attentats de Madrid (Espagne) en 2004. L'homme a purgé sa peine mais fin janvier 2015, il a de nouveau été interpellé, avec trois autres hommes, Mohamed Zaouad, Saïd El Amraoui et Bilal El Idrissi. Selon le parquet fédéral, Khalid Bouloudo et Mohamed Zaouad auraient recruté, à partir d'une mosquée récemment érigée à Maaseik, des combattants pour le groupe État islamique envoyés en Syrie. Ils auraient également accueilli des combattants revenus en Belgique. Les quatre hommes ont toujours nié s'être rendus en Syrie et avoir procédé au recrutement de combattants belges. Ils ont été libérés sous conditions après quelques mois. Khalid Bouloudo a de nouveau été interpellé en avril parce qu'il n'avait pas respecté les conditions de sa libération. Il est placé depuis sous surveillance électronique et peut difficilement quitter sa résidence. "Nous avons demandé la fin de la surveillance électronique mais cela a été refusé en raison du procès", précise l'avocat de M. Bouloudo, Jürgen Millen. "Ce matin (mercredi, ndlr), mon client a remarqué que le traceur GPS de son bracelet électronique ne fonctionnait pas". Selon le parquet fédéral, il y a un problème au niveau de la communication entre la prison et le centre de surveillance électronique. Il n'est pas encore certain qu'il sera résolu pour jeudi/demain. (Belga)

Nos partenaires