Beke: La N-VA doit expliquer comment elle compte économiser dans la Sécu ou se taire

14/01/16 à 18:57 - Mise à jour à 18:56

Source: Belga

"Si vous dites 'A', il faut aussi dire 'B' ou se taire. Si vous dites que la Sécurité sociale est le seul département où des économies sont encore possibles, il faut dire de quoi il s'agit", a indiqué jeudi à la VRT le président du CD&V Wouter Beke en référence aux récents propos du président de la N-VA Bart De Wever.

Beke: La N-VA doit expliquer comment elle compte économiser dans la Sécu ou se taire

Wouter Beke et Bart De Wever © Belga

"S'agit-il des frais de fonctionnement?", s'est interrogé Wouter Beke. "Il a suffisamment été démontré les derniers jours à cet égard que les économies qu'il suggère n'en sont pas, et sont même des coûts. S'il ne s'agit pas des frais de fonctionnement, il s'agit des gens. Mais qui vise alors la N-VA? Les pensionnés? Les malades? Que l'on dise précisément qui est concerné et si on ne veut pas, laissons les vice-premiers ministres faire leur travail au kern", a jugé le président des chrétiens-démocrates.

Le CD&V est également remonté contre le ministre N-VA de la Défense Steven Vandeput qui a suggéré l'achat de missiles Patriot. "Cela m'a particulièrement étonné, jamais on n'a envisagé cela au sein de la majorité. J'estime que cela non plus n'est pas à l'ordre du jour", a corrigé Wouter Beke.

Les tensions se font à nouveau jour au sein de la majorité alors que le dossier budgétaire refait son apparition. Wouter Beke n'entend cependant pas citer de chiffres, estimant qu'il faut en discuter autour de la table. "Discuter de déclarations d'ordre général a peu de sens, certainement si c'est pour dire une chose et son contraire. Si un jour, on vient dire que seule la Sécu peut encore faire l'objet de mesures d'économies et le lendemain on annonce, au sein du même parti, l'achat de missiles pour 600 millions d'euros, je trouve cela un peu incompréhensible". Wouter Beke est d'avis que les défis socio-économiques doivent rester au coeur des priorités du gouvernement fédéral.

En savoir plus sur:

Nos partenaires