Bart De Wever proche de son scénario favori : un gouvernement sans le PS

10/06/14 à 11:13 - Mise à jour à 11:13

Source: Le Vif

L'informateur Bart De Wever oeuvre à la formation d'un gouvernement de centre-droit, une coalition sans le PS. "Un gouvernement de droite est certainement possible, mais il faut accorder suffisamment de temps à l'informateur pour développer cette piste de façon adulte" déclare une source du CD&V.

Bart De Wever proche de son scénario favori : un gouvernement sans le PS

© Belga

Selon toute probabilité, Philippe accordera un délai supplémentaire à Bart De Wever pour former un gouvernement fédéral. Ce mardi, De Wever soumettra son rapport final au roi. Comme l'informateur serait prêt à former un gouvernement de centre-droit, le roi ne désignera sans doute pas encore de formateur.

Bart De Wever a travaillé très dur pendant tout le week-end de Pentecôte. Le MR serait sur le point d'entrer dans une coalition de centre droit avec la N-VA et le CD&V. Cependant, les libéraux francophones souhaiteraient qu'un quatrième parti les rejoigne. Celui-ci pourrait être l'Open VLD (dans ce cas, le MR serait le seul parti francophone) ou le cdH (qui devrait dans ce cas se détacher du PS avec qui il s'est allié en Wallonie et à Bruxelles).

Avant de conclure un accord, il reste encore beaucoup de pain sur la planche. Ainsi Gwendolyn Rutten, la présidente de l'Open VLD, a fait savoir la semaine dernière que son parti n'entrerait pas au gouvernement fédéral s'il n'est pas convié au niveau flamand.

Un accord gouvernemental sans thèmes communautaires?

Il sera encore plus difficile de convaincre le cdH. Le parti a obtenu un accord avec le PS pour former des gouvernements sans le MR en Wallonie et à Bruxelles. Il n'est donc pas évident de changer de partenaire au niveau fédéral.

En outre, le MR et le cdH auront beaucoup de mal à faire passer une coalition avec la N-VA à leurs militants. Pendant toute la campagne, ils ont dépeint Bart De Wever comme le diable incarné et la N-VA comme un parti raciste. Ils ne voudront en aucun cas évoquer de thèmes communautaires lors des négociations.
Pourtant, le roi accorderait un délai supplémentaire à De Wever. "Il est trop tôt pour s'arrêter" a déclaré une source du CD&V dans le quotidien De Morgen. "Un gouvernement de droite est certainement possible, mais il faut accorder suffisamment de temps à l'informateur pour développer cette piste de façon adulte". "Il y a une perspective, mais cela reste difficile" a encore confié un membre de la N-VA au journal Het Laatste Nieuws.

Le PS regarde et attend

Jeudi passé, lorsque le PS et le cdH ont annoncé leur intention de négocier en Wallonie et à Bruxelles, un gouvernement de centre droit semblait très loin. À peine un jour plus tard, la N-VA et le CD&V ont fait part de leur objectif d'en faire de même en Flandre.

Pour l'instant, le PS ne joue aucun rôle dans les négociations gouvernementales. Le bourgmestre bruxellois Yvan Mayeur (PS) avait dit après les élections que Bart De Wever pouvait faire quelques tours avant que son parti ne reprenne la main pour effectuer le vrai travail. À l'heure actuelle, ce scénario semble très éloigné. Le PS n'a plus qu'à regarder et attendre.

Le roi Philippe souhaite faire mieux qu'Albert

Le roi désire également un résultat rapide. Après l'horreur de la formation de gouvernement précédente, il faut que celle-ci aille vite pour ne pas trop abîmer la confiance en notre pays. Maintenant que les négociations pour les gouvernements régionaux ont démarré moins de deux semaines après les élections, il serait bête que le niveau fédéral ne suive pas.

Philippe désire absolument réussir sa première formation. Jusqu'à présent, il a effectué un parcours sans faute en tant que roi, et il aimerait confirmer cette prestation. Sur le plan personnel, sa relation difficile avec son père joue également un rôle. Ici, Philippe se voit offrir la chance de faire mieux que son père.

En savoir plus sur:

Nos partenaires