Bart De Wever : "La droite en Flandre? une bande de paresseux réunis"

08/05/14 à 10:57 - Mise à jour à 10:57

Source: Le Vif

Le président de la N-VA Bart De Wever ne craint pas les petites phrases assassines. Il les produit d'ailleurs à la chaîne. Le journaliste Karel Cambien a rassemblé les meilleures dans son livre intitulé "Ik ben (niet) staatsgevaarlijk" (Je ne suis (pas) dangereux pour l'État). Bart De Wever en 10 citations :

Bart De Wever : "La droite en Flandre? une bande de paresseux réunis"

© Belga

1. "Bien sûr que la pensée de créer notre propre État-nation me fait chaud au coeur, mais le contexte politique m'oblige à n'utiliser que des arguments rationnels, parce que je sais bien que tout le monde ne partage pas ces sentiments".

2. "Le nationalisme flamand n'est pas le courant le plus sexy à défendre. Certaines de ses manifestations les plus tranchées donnent même envie de s'enfuir en hurlant".

3. "Je n'ai jamais été un animal grégaire. Dans ma jeunesse, j'ai même payé cette attitude au prix fort. Adolescent, je m'emballais tantôt pour l'extrême droite, tantôt pour l'extrême gauche. Cela changeait parfois. Du moment que je pouvais provoquer".

4. "J'ai toujours été pour les missiles nucléaires, ne serait-ce que parce que tout le monde était contre".

5. "Quand par hasard, je vais chez des amis qui regardent un match de football à la télévision, je soutiens toujours le club qui n'est pas favori. Simplement pour énerver les autres. Sinon, je ne regarde jamais. Je déteste le football".

6. "J'avoue, j'ai une vie familiale banale et ennuyeuse. Je me promène en Bavière, j'y bois de la bière et je chante avec mes enfants. Si cela peut vous rassurer, je pratique ces activités parfois en France aussi".

7. "Le débat intellectuel en Flandre est cliniquement mort. La droite en Flandre : quelle bande de paresseux réunis !"

8. "Il n'y a que trois choses qui m'agacent vraiment : le son de l'eau qui clapote dans un verre, les hommes qui s'embrassent et Bert Anciaux".

9. "La frontière entre politique et divertissement est devenue très mince. Dans le climat politique actuel, le politique doit faire le clown à la télévision, mais le clown devient le politique. Les fariboles des politiques à la télévision ridiculisent toute la politique".

10. "J'énerve, donc je suis. J'ai très fort ce sentiment".

En savoir plus sur:

Nos partenaires