Aveux partiels du suspect de l'attaque à l'acide chez Delhaize

17/03/15 à 20:44 - Mise à jour à 20:48

Source: Belga

J.F., l'homme de 42 ans de nationalité néerlandaise suspecté d'avoir attaqué une femme de ménage avec de l'acide dans un supermarché Delhaize à Anvers le 20 février dernier, et qui a été extradé mardi depuis la France vers Bruxelles, a été inculpé des chefs d'extorsion et de tentative d'assassinat.

Aveux partiels du suspect de l'attaque à l'acide chez Delhaize

Sécurité renforcée dans les Delhaize après l'attaque à l'acide devant un magasin anversois le 20 février dernier. © BELGA

L'homme a fait des aveux partiels concernant notamment les faits d'extorsion sur le groupe Delhaize. Il a été transféré à la prison de Saint-Gilles, a indiqué mardi le parquet de Bruxelles.

J.F est arrivé vers 10h30 dans les locaux de la police judiciaire fédérale à Bruxelles. Il a été auditionné par cette dernière, en présence de son avocat. L'audition n'a guère été fructueuse car il a fait usage de son droit au silence.

Vers 15h30, J.F. est arrivé au bâtiment Portalis à Bruxelles, dans l'attente de sa comparution devant le juge d'instruction. A 17h30, il a été déféré devant le juge d'instruction, qui a procédé à son audition durant laquelle il a fait des aveux partiels, notamment concernant des faits d'extorsion sur le groupe Delhaize. Son avocat a demandé la désignation d'un collège d'experts afin d'obtenir une expertise psychiatrique sur l'état mental de son client.

Devant le juge d'instruction, J.F. a fait le choix du néerlandais comme langue de procédure. Dans le courant du mois, le juge d'instruction francophone initialement saisi dans ce dossier sera donc dessaisi de l'affaire et cette dernière sera attribuée à un juge d'instruction néerlandophone.

J.F. comparaîtra vendredi prochain devant la chambre du conseil de Bruxelles, qui se prononcera sur sa détention préventive.

Retour sur les faits

Retour sur le déroulement des faits: La nuit du 5 au 6 mars dernier, un véhicule muni d'une plaque hollandaise a fait l'objet d'un contrôle de routine mené par la police française dans les environs de Paris. L'instruction belge concernant l'attaque à l'acide commise sur une femme de ménage dans un supermarché Delhaize à Anvers, le 20 février dernier, avait déjà relevé la possibilité que le suspect se soit réfugié en région parisienne. La police française était dès lors très attentive.

Lors du contrôle approfondi du véhicule du suspect J.F., des éléments pouvant le relier aux faits d'extorsion sur Delhaize et à l'attaque à l'acide à Anvers ont été retrouvés, à savoir un couteau et différentes cartes de crédit. Après vérification, il s'est avéré qu'il s'agissait des cartes de crédit utilisées pour les faits d'extorsion sur le groupe Delhaize.

Le suspect a été privé de sa liberté en France et le juge d'instruction belge en a aussitôt été avisé. Les enquêteurs belges se sont rendus à Paris afin d'examiner les objets saisis. Le juge français a décidé que J.F. pouvait être extradé et l'homme ne s'y est pas opposé.

En savoir plus sur:

Nos partenaires