Gérald Papy
Gérald Papy
Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express
Opinion

25/02/11 à 09:51 - Mise à jour à 09:51

Aveuglement en Libye

DÉCOUVRIR QUE DES ARMES BELGES servent à réprimer des manifestants qui réclament l'avènement de la démocratie dans une Libye à feu et à sang dirigée par un dictateur prêt à tout a de quoi embarrasser le plus placide des responsables politiques.

Aveuglement en Libye

C'est donc un ministre-président de la Région wallonne ostensiblement courroucé qui a dénoncé cette semaine la "rupture unilatérale du certificat d'usage final" des armes vendues à la Libye par la FN Herstal en 2008 et qui a exhorté à la mise sous embargo urgente de son régime par l'Union européenne... Certes, Rudy Demotte et la vente d'armes à Tripoli, c'est un peu "Tintin en Libye", au vu de la naïveté dont ont fait preuve les responsables de la Région wallonne, l'unique actionnaire de la FN Herstal, en imaginant qu'un Mouammar Kadhafi se sentirait lié par le "cadre précis pour l'utilisation des armes livrées" (la protection des convois humanitaires à destination du Darfour soudanais) et qu'il ne s'en détournerait pas au moment voulu. Mais la "mésaventure" du gouvernement wallon est surtout emblématique de l'aveuglement des dirigeants européens à l'égard de la Libye.
Nous sommes en 2004. Le dirigeant libyen est cité en exemple par George W. Bush pour avoir renoncé de son propre chef à ses programmes d'armes de destruction massive. Le président américain est empêtré dans la guerre d'Irak ; ce qui ne l'empêche pas de menacer l'Iran ou la Syrie du même sort. Mouammar Kadhafi ne s'est pas soudainement converti aux vertus bienfaitrices de l'Occident ; il a simplement eu peur de voir son trône chanceler à son tour. Dans la foulée, le maître de Tripoli solde les comptes de son passé de parrain du terrorisme proche-oriental (en indemnisant les victimes de l'attentat de Lockerbie en 1988 au-dessus de l'Ecosse et de celui contre le DC-10 d'UTA en 1989 au-dessus du Niger). Et voilà le trublion de l'Afrique du Nord qui réintègre le giron international par la grande porte. Mouammar Kadhafi est reçu avec les honneurs à Rome, à Paris et à Bruxelles. Les dirigeants européens se pressent à Tripoli. Et pour cause : détentrice des huitièmes réserves de pétrole au monde, la Libye attire les investisseurs. Repenti, Mouammar Kadhafi est-il pour autant devenu fiable ? Les Occidentaux ne voient que leurs intérêts et négligent ceux du peuple libyen. Le marché est prometteur. Et Kadhafi reste courtisé.
C'est dans ce contexte que la Région wallonne signe le contrat de vente d'armes pour plus de 12 millions d'euros avec la Libye en 2008 et qu'il est exécuté l'année suivante. Entre-temps, la révolution arabe a atteint la Libye. Et de controversée, la livraison se révèle franchement inopportune. Car Mouammar Kadhafi rappelle au monde son vrai visage, celui d'un dictateur impitoyable. Le socialiste Rudy Demotte est pris en défaut. Il peut néanmoins exciper de circonstances atténuantes dont on ne peut pas accorder le bénéfice à une ministre française qui se compromet avec l'entourage d'un dictateur en pleine répression d'une révolution.
Du reste, le coup de semonce du ministre-président wallon à l'Union européenne ne sera peut-être pas inutile au regard de l'impuissance des Vingt-Sept à user de fermeté, au besoin au travers de sanctions, contre un régime tenté par une fuite en avant sanglante. Car, de tous les Etats arabes, la Libye est sans doute celui dont l'avenir doit susciter le plus d'inquiétudes.

GÉRALD PAPY

Nos partenaires