Vincent Genot
Vincent Genot
Rédacteur en chef adjoint des rédactions web de Roularta
Opinion

01/06/12 à 12:42 - Mise à jour à 12:42

Avec la scission du hockey, la dernière fédération sportive unitaire du pays disparait

Sauf surprise, l'Association Royale Belge de Hockey devrait disparaître samedi matin pour faire place à deux ligues communautaires: la Ligue Francophone de Hockey et la Vlaamse Hockey Liga.

Avec la scission du hockey, la dernière fédération sportive unitaire du pays disparait

© Image Globe

Comme notre pays, le monde du hockey est petit. On compte seulement 32 clubs en Flandre, 21 à Bruxelles et 16 en Wallonie, pour un peu moins de 28 000 joueurs (415 000 affiliés pour le foot). Scinder les championnats en deux, risque de les appauvrir. Pas dans les divisions supérieures, pour lesquelles, comme au football, une structure va être mise en place afin d'assurer un championnat national. On pense plutôt aux divisions inférieures et aux équipes de jeunes (le coeur du hockey, donc) qui vont voir le nombre d'adversaires potentiels divisé par deux. Certaines catégories rencontraient déjà des difficultés pour trouver des opposants, là, ça va carrément devenir mission impossible. La preuve que diviser, c'est généralement appauvrir.

Comme en politique, il va falloir régler le cas de Bruxelles. Les clubs bruxellois vont, en effet, devoir choisir d'engager leurs équipes dans la Ligue Francophone ou la Vlaamse Liga. Avec un risque de déchirement interne : les clubs de la capitale étant souvent composés de francophones et de Flamands. Et que faire des clubs de la périphérie ? Situés en Région flamande, ils sont à forte connotation francophone...

Une histoire de sous

À l'image des autres sports, la scission du hockey est une histoire de sous, le passage obligé pour bénéficier des subsides accordés par les Communautés via le Bloso et l'Adeps selon que l'on soit du nord ou du sud de pays. Bonjour la logique sportive. Le sport est décidément une compétence qui devrait retourner au fédéral.

N'était-il pas possible de trouver une autre idée que la scission pour échapper à cette sorte de financement ? Avec ses deux équipes nationales qualifiées pour les Jeux olympiques, la fédération a prouvé que moyennant beaucoup de bricolage et de l'intelligence, il était possible d'obtenir le meilleur. Ce meilleur qui fait que bon nombre de hockeyeurs sont fiers de former une unique famille (ben oui, c'est familial le hockey, pas péteux) dans laquelle les seules rivalités sont sportives. Quelle fédération scindée d'un sport collectif peut s'enorgueillir d'un tel résultat en Belgique ?

A moi, ils vont me manquer les matchs contre l'Antwerp, Temse ou Brugge...

Nos partenaires