Jan De Meulemeester
Jan De Meulemeester
Journaliste politique pour la chaîne de télévision flamande VTM
Opinion

28/05/15 à 11:17 - Mise à jour à 11:17

"Avec de jolies petites têtes blondes, on peut tout vendre, y compris un programme politique"

Tant la majorité que l'opposition utilisent le côté attendrissant des enfants pour rendre plus attractive leur réunion de parti. Ils s'en servent pour soutenir leur message politique.

"Avec de jolies petites têtes blondes, on peut tout vendre, y compris un programme politique"

© Belga

Ce printemps, il y a comme une odeur de Zwitsal autour des rendez-vous politiques de la N-VA, du CD&V et SP.a. Après un an de lutte sans pitié entre opposition et majorité, on peut désormais arrondir les angles. Tous veulent être "#childproof ".

Le CD&V a lancé ce week-end sa campagne "bontebuurt" lors d'une journée dédiée aux familles à Plankendael. La N-VA tiendra ce samedi une grande journée familiale à Boom. Le SP.A en fera de même le lendemain à Plopsaland. Après une campagne virulente, une année politique turbulente et un switch gouvernementale, les partis se devaient de renouer les liens avec leurs troupes afin de nourrir un chaleureux effet de groupe et, qui sait, attirer de nouvelles ouailles. Tous n'avaient qu'un seul mot à la bouche : une Flandre chaleureuse. Et n'avaient qu'une seule mascotte: l'enfant.

Plopperdeplop

Cet intérêt pour les enfants transparaissait déjà lors de la vidéo de lancement de la campagne #helfie de la N-VA. Une idée dont le CD&V s'attribuaient néanmoins la paternité puisqu'il aurait déjà diffusé un message similaire lors d'un congrès, à l'étranger il est vrai, un an auparavant. Mais dans le fond, peu importe, les deux partis avaient comme personnage central un enfant qui veut se montrer utile.

Ce week-end, la N-VA et le Sp.a tiendront donc leur journée de la famille. À Plopsaland on s'attend à voir débarquer 12.000 personnes. L'ancienne présidente Caroline Gennez a commencé ces journées en 2008, tant elle trouvait que l'enfant et la famille étaient des sujets trop importants pour être laissé au CD&V. À Boom et au Plopsaland, comme à Planckendael, les ténors politiques joueront donc de la poussette. Plus qu'à espérer qu'il ne pleuve pas. Il est à noter qu'à l'Open VLD, on semble moins féru de ce genre de journée. Pour preuve : pas la moindre journée famille prévue dans les prochains mois. Sauf peut-être la journée nationale de la ville à l'automne où des activités spécifiques pour les enfants seront tout de même au programme.

Des fêtes d'écoles politiques

Beaucoup d'enfants. Dans tous les partis. Des ténors aux simples sympathisants, on encourage subtilement tout le monde à faire participer sa progéniture aux activités. La plus impressionnante offensive du genre revient tout de même à la N-VA et sa première journée familiale à Bokrijk en 2011. Ils étaient plus de 500 enfants acclamant De Wever. Le message était limpide : nous sommes aussi un parti de la famille. Une image quelque peu écornée lors de la campagne et de l'année politique écoulée, où il n'a été question que de polémiques et d'économies. Un discours qui était devenu un peu trop dur et musclé. D'où l'importance d'adoucir cette image. Dans cette optique le #helfie devrait à nouveau rendre le parti #childproof. Et c'est bien cela qui irrite CD&V, parti historique des familles. La N-VA, et ses 138 bourgmestres, domine les autorités locales. Avec son #debontebuurt, le CD&V clame 3,5 ans avant les élections communales que "les quartiers, les communes et les familles sont à nous". De son côté, le SP.A essayera tout de même ce week-end de convaincre que ces deux soi-disant partis de la famille ont des politiques néfastes pour ces mêmes familles.

Une Flandre chaleureuse

Selon les partis de la majorité, on travaille pour une Flandre plus chaleureuse. Selon l'opposition cette Flandre existe déjà, mais est détruite par le nouveau gouvernement. Or un visage effronté et lumineux d'un enfant, voilà ce qui marche à tous les coups. Ça marche pour le shampoing, les voitures familiales et même les prêts hypothécaires. Alors surement aussi pour les programmes des partis politiques. Quoi de plus charmant qu'un homme politique entouré d'enfant...

En savoir plus sur:

Nos partenaires