Audition d'Assange par la Suède : le déclenchement de la procédure reporté au 14 novembre

13/10/16 à 00:09 - Mise à jour à 00:12

Source: Belga

(Belga) Le déclenchement de la procédure permettant d'entendre le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres, sur une accusation de viol en Suède a été reporté au 14 novembre, a annoncé mercredi la justice équatorienne.

Audition d'Assange par la Suède : le déclenchement de la procédure reporté au 14 novembre

Audition d'Assange par la Suède : le déclenchement de la procédure reporté au 14 novembre © BELGA

"Le 14 novembre 2016 à 10H00 (09H00 GMT) sera la nouvelle date à laquelle sera entendue la version de Julian Assange, réclamée par la justice suédoise", a fait savoir le parquet équatorien dans un communiqué, alors que la date initialement prévue était lundi prochain. C'est l'Australien, âgé de 45 ans, qui "a demandé un report de la procédure", a précisé le communiqué. "Il a fait cette demande par écrit, via l'ambassadeur d'Equateur au Royaume-Uni, avec comme arguments les garanties sur sa protection et sur sa défense", selon le texte. Le procureur Wilson Toainga a été désigné pour faire le lien entre la justice suédoise et Julian Assange, présent depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur dans la capitale britannique. En septembre, une source au parquet avait précisé à l'AFP que la date du début de la procédure ne signifiait "pas nécessairement une audition ce jour-là", qu'il s'agissait plutôt du "déclenchement des procédures pour pouvoir recueillir les déclarations" de l'intéressé. Julian Assange est sous le coup d'un mandat d'arrêt dans le cadre de cette enquête après la plainte pour viol déposée en 2010 par une Suédoise. Julian Assange nie les faits, dénonçant une manoeuvre pour l'extrader vers les États-Unis qui veulent le juger pour la diffusion d'informations secrètes. Cofondateur du site internet WikiLeaks, qui a diffusé depuis 2010 plus de 250.000 documents révélant les dessous de la diplomatie américaine, M. Assange avait demandé à bénéficier du droit d'asile à Quito pour échapper à une extradition vers la Suède, craignant d'être ensuite renvoyé vers les Etats-Unis. Mi-septembre, l'Australien a perdu une nouvelle bataille judiciaire : pour la huitième fois en six ans, un tribunal suédois l'a débouté et a confirmé le mandat d'arrêt européen à son encontre. (Belga)

Nos partenaires