Au quotidien, une femme consacre 1h20 de plus qu'un homme aux tâches ménagères

13/09/16 à 14:59 - Mise à jour à 14:58

Source: Belga

Une femme consacre quotidiennement une heure et vingt minutes de plus qu'un homme aux tâches ménagères, ressort-il d'une enquête de l'Institut pour l'égalité des Femmes et des Hommes (IEFH). Celui-ci plaide mardi pour un système adapté du congé parental afin de favoriser l'égalité des sexes.

Au quotidien, une femme consacre 1h20 de plus qu'un homme aux tâches ménagères

© Getty Images/iStockphoto

Un homme de plus de 18 ans travaille quotidiennement environ 1h23 de plus qu'une femme mais il dispose de davantage de temps libre (44 minutes), selon l'enquête de l'IEFH. Les femmes consacrent 1h20 de plus aux tâches ménagères et 15 minutes de plus aux enfants. Pour les mères de jeunes enfants, les chiffres diffèrent: 1h22 de plus aux tâches ménagères et 1h15 de plus pour s'occuper des enfants tandis que les pères de jeunes enfants travaillent environ 2h37 de plus.

Un élément positif, tout de même: le temps consacré par les pères au soin et à l'éducation des enfants augmente. Toutefois, en comparaison avec les précédentes enquêtes de 1999 et 2005, il ressort que l'évolution vers une meilleure égalité des genres stagne ces dernières années.

"Cela s'explique vraisemblablement par la force de l'habitude. Celui qui a appris à réaliser une tâche enfant et qui l'a souvent effectuée la maîtrisera mieux. Le ménage devient alors rapidement la tâche fixe de la femme", ajoute Liesbet Stevens, directrice adjointe de l'Institut.

L'IEFH plaide pour un système adapté du congé parental afin de favoriser l'égalité des sexes. "Il devrait être possible de prendre un congé parental ou pour soins par demi-journée, de changer ses jours de congé en heures de congé. Les parents pourraient ainsi aller chercher leurs progénitures à la crèche ou à l'école par exemple. Ou encore pouvoir prendre des congés de soins par mois ou même par semaine (actuellement, seul le congé parental peut être pris pour une durée mensuelle)", conclut l'Institut.

Nos partenaires