Au moins deux candidats à la présidence de l'Eurogroupe

30/11/17 à 13:11 - Mise à jour à 13:13

Source: Belga

(Belga) Au moins deux ministres des Finances de la zone euro, le Portugais Mario Centeno et la Lettonne Dana Reizniece-Ozola, se sont portés candidats à la présidence de l'Eurogroupe, dont l'élection aura lieu lundi prochain, a-t-on appris jeudi.

"Le gouvernement portugais a présenté ce matin la candidature du ministre des Finances, Mario Centeno, à la présidence de l'Eurogroupe", a annoncé jeudi, peu avant la clôture officielle des candidatures, le gouvernement socialiste portugais dans un court communiqué. Selon une source européenne, la Lettonne Dana Reizniece-Ozola, âgée de 36 ans, a également fait acte de candidature. Ministre des Finances depuis février 2016, cette joueuse d'échec de haut niveau appartient à un petit parti de centre-droit. D'autres ministres, comme le libéral luxembourgeois Pierre Gramegna ou le social-démocrate slovaque Peter Kazimir, avaient également fait part de leur intérêt ces dernières semaines et pourraient eux aussi avoir postulé. M. Centeno, ancien de la Banque centrale portugaise et ministre depuis 2015, apparaît comme un candidat sérieux. Bien qu'il soit sans filiation partisane, la couleur politique du Portugais constitue un avantage pour lui, les socialistes ayant clairement revendiqué ce poste afin de garantir un équilibre entre la gauche et la droite à la tête des principales institutions européennes. Elu pour deux ans et demi, le chef de l'Eurogroupe préside les réunions mensuelles des ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique, dont l'objectif principal est d'assurer la coordination des politiques économiques nationales. Il fait partie de ceux dont la voix compte à Bruxelles, aux côtés des présidents de trois grandes institutions de l'UE --Jean-Claude Juncker pour la Commission, Donald Tusk pour le Conseil, Antonio Tajani pour le Parlement-- ou de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Ce poste à responsabilité suscite les convoitises de toute l'Europe et de nombreux noms ont été évoqués ces dernières semaines pour succéder au président actuel, le Néerlandais Jeroen Disselbloem, contraint de céder la place après deux mandats à cause de la débâcle de son parti aux dernières élections législatives aux Pays-Bas. Les candidats étaient invités à se faire connaître avant jeudi midi. Lundi, jour de l'élection, ils devront "présenter leurs priorités" face à leurs pairs. Le premier qui remportera 10 voix parmi celles des 19 ministres des Finances des pays ayant adopté la monnaie unique l'emportera. (Belga)

Nos partenaires