Attentats de Paris: Le MR et le PS tancent le cdH, le chef de la police soutient ses services

06/03/16 à 16:11 - Mise à jour à 16:11

Source: Belga

Le MR et le PS se sont montrés sévères dimanche envers le cdH et sa demande d'une commission d'enquête sur la responsabilité de la Belgique dans les attentats de Paris. Ils ont accusé les centristes d'avoir profité de fuites dans la presse pour faire une sortie médiatique.

Attentats de Paris: Le MR et le PS tancent le cdH, le chef de la police soutient ses services

© Belga Image

Selon l'Echo, une source policière a fait état dès juillet 2014 des projets d'attentats des frères Abdeslam à la section anti-terroriste de la police judiciaire fédérale mais cette information aurait été prise à la légère. La police fédérale a démenti ces affirmations: il n'a jamais été question d'un projet d'attentat ni des frères en question à ce moment. Le rapport intermédiaire des comités P et R, qui sera examiné lundi dans la commission parlementaire de suivi de ces deux organes de contrôle, n'en fait pas état non plus.

Le cdH a toutefois demandé que la commission "lutte contre le terrorisme" de la Chambre se mue en commission d'enquête parlementaire pour faire la lumière sur ce genre d'information "par respect pour les victimes et leur famille". "Une commission d'enquête permet aussi le rétablissement de la confiance des services", a souligné la députée Vanessa Matz (cdH) sur le plateau des "Décodeurs" (RTBF). Le cdH n'a pas été suivi par les autres groupes politiques de la Chambre.

La Conférence des présidents a renvoyé mercredi cette demande à la commission de suivi des comités P et R. "Il fallait se taire et nous laisser faire notre travail d'accompagnement des comités P et R", a lancé la cheffe de groupe PS, Laurette Onkelinx, reprochant au cdH d'avoir pris pour argent comptant l'information.

Aux yeux du chef de groupe MR, Denis Ducarme, les centristes ont réalisé "une promo à bon compte sur un dossier où la discrétion est nécessaire".

Le patron de la police judiciaire, Claude Fontaine, n'a pas voulu évoquer les déclarations politiques mais s'en est pris au travail de "certains médias". Il a regretté le "discrédit" jeté sur ses enquêteurs mobilisés "7 jours sur 7". "Ils ne comprennent pas. Ce dont ils ont le plus besoin, c'est de soutien, de confiance".

Les enquêteurs ne sont pas les seuls victimes, à entendre M. Fontaine qui craint que des services étrangers ne rechigne désormais à transmettre des informations à leurs homologues belges. Des questions se posent aussi sur la source qui a renseigné les médias.

M. Ducarme interrogera le ministre de la Justice pour savoir si une enquête a été ouverte pour violation du secret de l'instruction.

Nos partenaires