Attentats de Bruxelles: les nouveaux éléments de l'enquête

23/03/16 à 13:54 - Mise à jour à 14:17

Source: Afp

Les frères belges Ibrahim et Khalid El Bakraoui ont été identifiés comme deux des kamikazes des attentats coordonnés de Bruxelles qui ont fait 31 morts et 270 blessés mardi, a indiqué mercredi le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw.

Attentats de Bruxelles: les nouveaux éléments de l'enquête

Frédéric Van Leeuw © Belga

Ibrahim El Bakraoui a été identifié grâce à ses empreintes comme étant l'un des auteurs des attentats de l'aéroport. Son frère Khalid a lui été identifié, lui aussi par ses empreintes, comme auteur de l'attentat à la station de métro de Maelbeek, au coeur du quartier européen.

En ce qui concerne l'attentat à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, où une photo montrant trois suspect a été diffusée, "l'auteur au milieu de la photo qui est l'un des deux kamikazes a été identifié grâce à ses empreintes", a précisé M. Van Leeuw. "Il s'agit d'Ibrahim El Bakraoui, né à Bruxelles le 9 octobre 1986, de nationalité belge", a-t-il ajouté.

A propos de l'attentat du métro de Maelbeek, "l'explosion s'est produite à l'intérieur de la deuxième rame alors que celle-ci était toujours dans la station, le kamikaze a été identifié par ses empreintes, il s'agit de Khalid El Bakraoui, frère d'Ibrahim, né à Bruxelles le 12 janvier 1989 de nationalité belge", a-t-il ajouté.

Le deuxième kamikaze de Brussels Airport n'a pas encore été identifié, tandis qu'un troisième, qui apparaît sur la photo diffusée avec un chapeau, est en fuite, a indiqué le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw. Son identité est encore inconnue.

Son sac contenait la charge explosive la plus importante, mais a elle été désactivée par le service de déminage de l'armée dans l'aéroport. Aucune arme de guerre ou de poing n'a été trouvée dans l'aéroport.

Le chauffeur de taxi qui les amenés à l'aéroport a indiqué à la police les avoir pris rue Max Roos, à Schaerbeek. Une perquisition à l'adresse indiquée a permis de retrouver 15 kilos d'explosif TATP, des produits chimiques, des détonateurs et une valise remplie de clous et de vis. Deux perquisitions dans la même rue se sont révélées négatives.

Une quatrième, toujours à Schaerbeek, a permis l'interpellation d'un suspect actuellement entendu. Une cinquième a mené à une interpellation à Haren, mais la personne a été relâchée. Khalid El Bakraoui, né en 1989, a lui été identifié comme l'auteur de l'attentat dans le métro Maelbeek.

Les frères El Bakraoui avaient "de lourds antécédents judiciaires non liés au terrorisme", selon le procureur fédéral.

Le niveau d'alerte 4 maintenu

Le niveau d'alerte de la menace terroriste a été maintenu à son maximum, soit 4, à l'issue d'une réunion mercredi matin, a indiqué le patron de l'Office de contrôle et d'analyse de la menace, Paul Van Tigchelt, lors de la conférence de presse du parquet fédéral.

Le retour au niveau 4, décidé dans la foulée des attentats de Bruxelles, pourrait s'accompagner de mesures différentes de celles prises en novembre dernier, a précisé M. Van Tigchelt. Le centre de crise s'est également réuni mercredi matin. L'identification des victimes est en cours, il n'est donc pas encore possible de donner un bilan définitif, a indiqué son directeur général Alain Lefèvre.

Un nouveau lieu général de prise en charge et d'information pour les proches des victimes a été mis en place à l'hôpital militaire de Neder-over-Hembeek.

Le trafic aérien reste suspendu à Brussels Airport et la sécurité a été renforcée en de nombreux lieux, a encore précisé M. Lefèvre.

Enfin, les constatations se passent dans des circonstances extrêmement difficiles, a expliqué la commissaire générale de la police fédérale, Catherine De Bolle. Les restes humains de Brussels Airport ont été transférés vers Louvain, ceux de la station Maelbeek vers Neder-over-Hembeek.

L'identification prendra encore un certain temps, la DVI travaillant sur base de règles internationales très strictes. La police fédérale va collaborer avec Interpol pour l'identification des victimes étrangères, a encore précisé Mme De Bolle.

Nos partenaires