Attentats de Bruxelles: la liste des victimes n'est pas close

25/05/16 à 17:50 - Mise à jour à 17:49

Source: Belga

La liste des victimes des attentats du 22 mars n'est pas close, a indiqué mercredi le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, devant la commission d'enquête parlementaire.

Attentats de Bruxelles: la liste des victimes n'est pas close

Les services de secours arrivant à Zaventem après l'explosion, le 22 mars 2016 © Reuters

Beaucoup de gens ont quitté spontanément les lieux et se sont rendus par leurs propres moyens chez un médecin ou dans un hôpital. "Ils ne peuvent pas être oubliés", a souligné le procureur. Quelque 300 dossiers doivent encore être examinés.

Plusieurs moyens peuvent être utilisés, dont la déclaration de personne lésée ou la constitution de partie civile devant un juge d'instruction. Ce deuxième volet commencera dans les prochains jours. Dans le premier volet, 135 déclarations sont enregistrées à ce jour.

Ce faisant, le procureur n'a pas pu communiquer un nombre définitif de personnes blessées, et ce d'autant plus que le SPF Santé conserve une partie des données. Afin de permettre à ces victimes de se signaler et de faire valoir leurs droits, un appel télévisé est envisagé.

L'une des missions qu'a remplies le parquet est l'identification des victimes. Celle-ci a commencé le 24 mars, sur une base scientifique, et a été achevée dans la semaine. Il n'y a eu aucune erreur, a insisté M. Van Leeuw. Une commission s'est réunie jour et nuit pour gérer ce dossier.

Les attentats ont coûté la vie à 32 personnes. Les explosions ont déchiqueté certains corps. Des analyses ADN ont été pratiquées pour permettre une identification et, dans la mesure du possible, une reconstitution. Les autorités judiciaires ont remis des dépouilles aux familles quand celles-ci étaient plus ou moins complètes. Il reste encore 500 morceaux de corps à identifier, venant surtout de Maelbeek. Il s'agit d'organes qui ne sont pas complets, de deux ou trois centimètres à peine. L'opération devrait être achevée la semaine prochaine. Une fois l'identification réalisée, les autorités s'adresseront aux familles des victimes pour leur demander si elles veulent récupérer ces restes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires