Attentats à Bruxelles - La rétention d'informations doit relever d'un choix des médias, pas des autorités

23/03/16 à 15:43 - Mise à jour à 15:43

Source: Belga

(Belga) Les journalistes et les médias ne sont pas tenus à se soumettre aux injonctions des autorités sauf exceptions comme dans le cas d'un périmètre de sécurité, rappelle le conseil de déontologie journalistique, sollicité mercredi par l'agence Belga, alors que le parquet fédéral a demandé à plusieurs reprises à la presse de s'abstenir de communiquer sur l'enquête en cours afin de ne pas nuire à celle-ci. Ils doivent toutefois trouver un équilibre entre la liberté de la presse et leur responsabilité sociale, précise le CDJ.

Les médias doivent s'interroger sur les conséquences de la diffusion d'informations ou leur divulgation à un moment précis, indique André Linard, secrétaire général du CDJ. Ils doivent toutefois rester autonomes et ne pas obéir aveuglément à une injonction d'une autorité, ajoute-t-il. Dans des cas exceptionnels et temporaires, la presse peut choisir de ne pas diffuser des informations, dans le but par exemple de protéger des vies humaines. La non-divulgation d'informations ne peut toutefois concerner tout un pan de l'actualité, considère André Linard. Le CDJ rappelle que le journaliste n'est pas soumis au secret de l'instruction. En cas de "fuite", il doit toutefois s'interroger sur l'intérêt journalistique et général des informations dont il a connaissance. Les tensions entre presse et justice ne datent pas d'hier. "Elles sont presque inévitables. Si elles devaient disparaître, je serais presque inquiet pour la liberté de la presse. Les médias et la Justice doivent accepter le rôle de chacun", juge le secrétaire général du CDJ. Critiqué par la police et le parquet fédéral qui lui reprochaient d'avoir publié une information sensible avant l'arrestation de Salah Abdeslam, le magazine français L'Obs s'était justifié en estimant avoir fait son métier sans compromettre l'action policière. Quelques heures avant son arrestation vendredi à Molenbeek, l'hebdomadaire français avait révélé que des empreintes de Salah Abdeslam avaient été retrouvées dans l'appartement perquisitionné à Forest. L'opération qui a conduit à l'arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek avait été précipitée, selon le parquet fédéral. (Belga)

Nos partenaires