Attentats à Bruxelles - HRW recense 26 cas de comportement abusif de la police lors d'opérations antiterroristes

04/11/16 à 00:34 - Mise à jour à 00:37

Source: Belga

(Belga) L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a récolté des informations sur 26 incidents dans le cadre d'opérations antiterroristes, menées après les attaques perpétrées à Paris et à Bruxelles, au cours desquels la police fédérale et locale belge ont semblé avoir fait preuve d'un comportement abusif et discriminatoire. Des incidents mis en lumière dans un rapport rendu public vendredi sur les réponses antiterroristes de la Belgique.

Attentats à Bruxelles - HRW recense 26 cas de comportement abusif de la police lors d'opérations antiterroristes

Attentats à Bruxelles - HRW recense 26 cas de comportement abusif de la police lors d'opérations antiterroristes © BELGA

La plupart des accusations collectées par l'ONG concernaient un mauvais comportement de la police, sous la forme par exemple de menaces, d'insultes à l'encontre des musulmans et des arabes et d'un traitement brutal. Dix cas concernaient des allégations de force excessive, et quatre de ces cas des passages à tabac en garde à vue. Toutes les personnes sauf une étaient musulmanes et toutes, sauf deux, étaient d'origine nord-africaine, rapporte HRW. L'ONG pointe ainsi le témoignage de Fayçal Cheffou, suspecté à tort d'être "l'homme au chapeau" recherché après l'attentat du 22 mars. Détenu pendant quatre jours, M. Cheffou évoque notamment un épisode durant lequel plusieurs officiers de police l'ont tiré sur le sol, lui ont enlevé ses vêtements et l'ont battu en le traitant de "sale djihadiste". HRW a également interrogé une autre homme, nommé Rachid, arrêté à son domicile dans un cas d'erreur d'identité. Les agents ont forcé la porte de son appartement, avant de l'emmener au poste de police, où il affirme avoir été passé à tabac et insulté de "sale arabe" et "sale terroriste". L'association met également en lumière le témoignage de Zouzou Ben Chikha, un acteur flamand, qui a expliqué qu'il se déplaçait en vélo lorsque la police l'a insulté et l'a forcé à enlever ses chaussures lors d'une forte averse durant une opération de contrôles à Gand. "Toutes les personnes interrogées ont affirmé avoir perdu toute confiance en la police à cause des traitements subis", indique l'auteure du rapport et chercheuse de HRW, Letta Tayler. "Avec 26 incidents, Human Rights Watch n'est pas en mesure de définir s'il s'agit d'une tendance globale dans les rangs de la police. Mais c'est perçu comme tel dans certaines communautés minoritaires. Nous estimons que la perception des gens est très importante car elle construit des murs entre les communautés d'une société." L'ONG appelle à prendre des mesures afin de garantir l'impartialité du Comité permanent de contrôle des services de police (Comité P), dont certains enquêteurs sont d'anciens policiers. "Les autorités belges doivent veiller à ce que son équipe d'investigation soit en mesure de réaliser des enquêtes impartiales et bénéficie de la confiance des personnes ayant déposé plainte", demande l'ONG dans son rapport. HRW demande également au gouvernement de "publier les résultats du rapport du gouvernement sur le profilage ethnique par la police". (Belga)

Nos partenaires