Attentats à Bruxelles - Charles Michel appelle à la reprise des négociations pour rouvrir l'aéroport National

31/03/16 à 19:52 - Mise à jour à 19:52

Source: Belga

(Belga) Le Premier ministre Charles Michel a lancé jeudi soir, dans les journaux télévisés de la VRT et de la RTBF, un appel à la reprise des négociations entre la direction et les syndicats de la police fédérale à l'aéroport de Bruxelles-National, pour une reprise rapide des activités à Zaventem.

Attentats à Bruxelles - Charles Michel appelle à la reprise des négociations pour rouvrir l'aéroport National

Attentats à Bruxelles - Charles Michel appelle à la reprise des négociations pour rouvrir l'aéroport National © BELGA

La sécurité du personnel et des voyageurs doit être garantie avant toute réouverture de l'aéroport, frappé par les attentats-suicides du 22 mars, a souligné M. Michel, peu de temps après la rupture des négociations entre la hiérachie et les syndicats de la police aéroportuaire, qui menacent de partir en grève si des garanties de sécurité suffisantes ne sont pas apportées. Brussels Airport est pourtant "techniquement prêt" pour une reprise partielle des vols passagers, après le feu vert reçu jeudi des services de pompiers et de la Direction générale du transport aérien (DGTA). "Mais on n'y est pas encore, car il faut des policiers pour surveiller cet aéroport", a souligné Charles Michel. Le Conseil national de sécurité se penchera vendredi sur cette réouverture partielle. Le Premier ministre espère donc une reprise des négociations. "J'ai demandé à la hiérarchie de la police de mener des pourparlers supplémentaires dans les heures à venir", a déclaré sur la VRT le chef du gouvernement, appelant à trouver un "équilibre". "D'un côté, nous devons rouvrir l'aéroport au plus tôt, c'est important pour notre situation économique et pour notre image à l'étranger. Mais d'un autre, en tant que Premier ministre, il m'importe aussi de disposer de garanties de sécurité suffisantes." La police de l'aéroport fait état notamment de travailleurs qui ont un passé judiciaire et disposent d'un badge d'accès temporaire à des endroits sensibles de l'aéroport. "Si cette information est correcte, cela constitue évidemment un problème", a commenté Charles Michel, évoquant la nécessité de nouvelles procédures. (Belga)

Nos partenaires