Attentats à Bruxelles - "C'était une situation de guerre"

22/03/16 à 19:15 - Mise à jour à 19:15

Source: Belga

(Belga) "C'était un moment de guerre ce matin, que je ne veux pas vivre à nouveau". C'est ainsi que François Vermeiren, le bourgmestre de Zaventem, décrit les attentats qui ont été commis mardi matin à l'aéroport de Zaventem. Il a pu, malgré ce "jour horrible", compter sur beaucoup de personnes qui "ont montré qu'elles ont du coeur", en proposant spontanément leur aide aux voyageurs désemparés.

Selon Vermeiren, 1.500 à 1.600 lits sont disponibles dans les centres d'accueil, installés dans le hall des sports de Zaventem, la caserne de Peutie (Brabant flamand) et le hall provincial du Brabant à Louvain. A Kortenberg, dans le Brabant flamand, un autre site est disponible, mais il n'y a plus de personnes à accueillir. Le bourgmestre suppose que tous les lits disponibles ne seront pas occupés. Les compagnies aériennes ont, selon lui, fait beaucoup d'efforts pour loger leurs passagers dans des hôtels, afin de décharger le centre. A Zaventem, quelques riverains sont venus offrir un logement aux voyageurs. Vermeiren se dit finalement satisfait des plans de catastrophes, qui "ont fonctionné correctement". (Belga)

Nos partenaires