Attentat à Nice - Remise en liberté d'une femme suspectée d'aide au tueur

28/11/17 à 22:33 - Mise à jour à 22:35

Source: Belga

(Belga) Une femme soupçonnée d'avoir participé à la fourniture d'armes au tueur de l'attentat de Nice en 2016, qui avait fait 86 morts, a été remise en liberté sous contrôle judiciaire, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Enkeledja Zace, une Franco-Albanaise de 43 ans, a été remise en liberté le 21 novembre, mais selon une source judiciaire le parquet de Paris a fait appel de cette décision. Elle avait été interpellée le 17 juillet 2016 à Nice avec son compagnon, Artan Henaj, puis écrouée. L'examen des traces, téléphoniques notamment, laissées par le tueur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, avaient permis de remonter rapidement à une première série de suspects, dont ce couple franco-albanais. La justice les soupçonne de lui avoir fourni un pistolet automatique, par l'intermédiaire d'un Franco-Tunisien, Ramzi Arefa, ainsi qu'une kalachnikov, sans que vraisemblablement ces trois protagonistes aient pu avoir connaissance de son projet. A ce jour, neuf suspects ont été inculpés, dont huit restent en détention provisoire, soupçonnés à des degrés divers d'avoir apporté une aide à l'auteur de l'attentat de la promenade des Anglais, revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, chauffeur-livreur tunisien de 31 ans, a tué 86 personnes et en a blessé 400 autres en lançant un camion sur la foule au soir des festivités du 14 juillet 2016, la fête nationale française. Il avait aussi ouvert le feu sur des policiers à plusieurs reprises avant d'être abattu. De nombreuses zones d'ombre planent encore sur le dossier. Si les investigations ont révélé une fascination du tueur pour l'ultra-violence et la propagande djihadiste, les enquêteurs s'interrogent sur une possible revendication opportuniste de son action par l'organisation EI. L'enquête n'a pas permis de retrouver une profession de foi ni une marque d'allégeance du tueur au groupe djihadiste et aucun élément ne permet d'établir que l'attaque de Nice a été téléguidée par le groupe EI depuis les zones irako-syriennes. (Belga)

Nos partenaires