Attaque dans une maison de retraite pour religieux en France - Inculpation du meurtrier d'une lingère dans une maison de retraite de l'Hérault

27/11/16 à 19:11 - Mise à jour à 19:15

Source: Belga

(Belga) L'homme qui avait fait irruption dans une maison de retraite de l'Hérault et tué une lingère jeudi soir, déclenchant une vaste opération policière, a été inculpé dimanche, après avoir dit qu'il voulait commettre un cambriolage, qui a mal tourné.

Attaque dans une maison de retraite pour religieux en France - Inculpation du meurtrier d'une lingère dans une maison de retraite de l'Hérault

Attaque dans une maison de retraite pour religieux en France - Inculpation du meurtrier d'une lingère dans une maison de retraite de l'Hérault © BELGA

L'inculpé, âgé de 47 ans, "encourt la réclusion criminelle à perpétuité" et un "mandat de dépôt a été requis a son encontre", a déclaré le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret. Le parquet a ouvert une information judiciaire pour "vol avec arme" et "meurtre". "D'après le psychiatre expert, le prévenu ne souffre pas d'aliénation, il est pénalement responsable", a précisé M. Barret, appelant toutefois à la prudence sur les motivations "assez floues" du meurtrier présumé. "Il déclare avoir voulu commettre un cambriolage, mais cela peut sembler surprenant: il n'y avait rien à voler dans cet établissement - ni argent, ni objet de valeur. Les religieux hébergés dans cette maison de retraite ont fait voeu de pauvreté", a relevé le procureur. Lors de son audition, l'inculpé a expliqué qu'il avait fait des repérages les semaines précédentes et qu'il avait prévu "de neutraliser les membres du personnel". Il a ligoté la lingère, une femme de 54 ans. Elle aurait résisté et, selon ses dires, lui aurait arraché sa cagoule. "De crainte d'être reconnu et interpellé, il aurait décidé de la tuer", a relaté le procureur. Elle est morte de plusieurs coups porté par une arme blanche "de façon très violente". Il avait également ligoté une aide-soignante, mais celle-ci "a pu appeler les gendarmes". L'homme s'était enfui en abandonnant son véhicule. Il a finalement été arrêté le lendemain soir, "sans opposition", dans une rue de sa commune de Saint-Mathieu-de-Tréviers, à une quinzaine de kilomètres de là. (Belga)

Nos partenaires