Attaqué dans son propre camp, Donald Trump se défend d'être raciste

08/06/16 à 01:55 - Mise à jour à 01:55

Source: Belga

(Belga) Le candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump s'est défendu mardi d'être raciste, en réponse aux accusations de l'un des chefs de file du parti, Paul Ryan, nouvelle illustration de ses difficultés à rassembler au sein de son propre camp.

Attaqué dans son propre camp, Donald Trump se défend d'être raciste

Attaqué dans son propre camp, Donald Trump se défend d'être raciste © BELGA

Depuis près de deux semaines, l'homme d'affaires s'en prend régulièrement au juge fédéral Gonzalo Curiel, saisi du dossier de l'ex-"université Trump", un programme de formation qui vaut au milliardaire d'être poursuivi pour tromperie. Dans une interview jeudi dernier, l'homme d'affaires avait expliqué que le juge, né aux Etats-Unis de parents mexicains, avait un "conflit (d'intérêts) absolu" parce qu'il était "d'origine mexicaine" et membre d'une association de juristes hispaniques. "Prétendre qu'une personne ne peut pas faire son travail en raison de son origine ethnique relève du cas d'école d'un commentaire raciste. Je pense que cela doit absolument être désavoué", a réagi mardi Paul Ryan, l'un des plus hauts responsables républicains et président de la Chambre des représentants, lors d'une conférence de presse. Bien que critique, Paul Ryan soutient toujours officiellement sa candidature pour le scrutin du 8 novembre. Mardi, Donald Trump a répondu et estimé que ses commentaires avaient été "interprétés à tort comme une attaque explicite contre les personnes d'origine mexicaine". "Je suis ami et employeur de milliers de personnes d'origine mexicaine et hispanique", a-t-il affirmé, dans un communiqué. Mettant en avant ce qu'il considère comme des décisions "injustes" et "erronées" rendues par Gonzalo Curiel dans le dossier de l'"université Trump" et ses liens avec "certaines organisations professionnelles", il a, de nouveau, estimé "juste" de s'interroger sur "l'impartialité" du magistrat. En clôture de son communiqué, Donald Trump a annoncé qu'il n'évoquerait plus ce dossier, qui doit être examiné lors d'un procès qui démarrera le 28 novembre. Loin de ramener le calme dans le camp républicain, cette mise au point a suscité de nouvelles réactions outrées. "Donald Trump devrait retirer ses commentaires, pas les défendre", a tweeté l'ancien candidat républicain Jeb Bush, pour qui "il n'y a pas de place pour le racisme au sein du parti républicain ou dans ce pays". (Belga)

Nos partenaires