Attaque d'un hôtel au Burkina Faso - Au moins 20 morts dans l'attaque djihadiste - Assaut en cours

16/01/16 à 06:46 - Mise à jour à 06:46

Source: Belga

(Belga) Un commando djihadiste a mené vendredi soir une attaque sanglante sur un restaurant et un hôtel de Ouagadougou fréquentés par des Occidentaux, faisant au moins une vingtaine de morts et prenant des otages, une opération revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique, moins de deux mois après une attaque similaire au Mali.

Juste avant 02h00 (03h00 HB), "l'assaut a commencé" sur l'hôtel Splendid, établissement de luxe du centre de la capitale burkinabè où plusieurs assaillants étaient retranchés, a tweeté l'ambassadeur de France, Gilles Thibault. Vers 04h30, un ministre burkinabè a annoncé que 30 personnes avaient pu sortir "saines et sauves" de l'hôtel et que 33 blessés avaient été évacués lors de l'assaut, qui était toujours en cours. Parmi les 30 personnes indemnes figure le ministre du Travail Clément Sawadogo, présent à l'hôtel au moment de l'attaque, a déclaré à l'AFP le ministre de la Communication, Rémis Dandjinou. "Il y a des morts mais nous n'avons pas de chiffres", a encore déclaré M. Dandjinou. "L'assaut est en cours avec les forces burkinabè appuyées par les forces spéciales françaises." Des forces spéciales françaises sont stationnées en banlieue de Ouagadougou dans le cadre de la lutte anti-djihadiste dans le Sahel. Washington dispose également de 75 militaires dans le pays, et a indiqué apporter un soutien aux forces françaises dans l'opération. Les pompiers ont réussi à maîtriser un incendie qui s'était déclaré dans le hall de l'hôtel, dans lequel se trouvaient un nombre inconnu de clients et membres du personnel. Le Splendid, qui compte 147 chambres, est fréquemment utilisé par des Occidentaux et par du personnel des agences onusiennes. Des contrôles de sécurité étaient en place à l'entrée, mais n'ont pu empêcher l'irruption des assaillants vers 19h45, quand des tirs nourris et des détonations ont éclaté. Le commando a également visé un restaurant voisin, le Cappuccino, lui aussi prisé de la clientèle expatriée, dont l'attaque a fait "plusieurs morts", selon un employé joint par l'AFP. "Sur la terrasse du Cappuccino, les sapeurs-pompiers ont vu une dizaine de cadavres", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Intérieur, Simon Compaoré, qui a indiqué que le nombre d'assaillants était encore incertain. Le directeur du principal hôpital de Ouagadougou a fait état d'un premier bilan global d'au moins "une vingtaine de morts". Il a cité une blessée selon laquelle il y avait parmi les morts "plus de Blancs que de Noirs". L'attaque a été revendiquée par le groupe djihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe islamiste Al-Mourabitoune du chef djihadiste Mokhtar Belmokhtar, rallié à Aqmi, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes. (Belga)

Nos partenaires