Assises du Hainaut : la perpétuité requise pour 2 des accusés

22/09/10 à 12:53 - Mise à jour à 12:53

Source: Le Vif

Le ministère public a requis mercredi la perpétuité pour Dorian Cherpion et Abdelah Mostefa et trente ans pour Frédérick Echazar, reconnus coupables mardi par le jury de la cour d'assises du Hainaut de vol ayant entraîné la mort de Pascal Hennuy, boulanger à Jamioulx, le 5 novembre 2007.

Assises du Hainaut : la perpétuité requise pour 2 des accusés

© Belga

Les accusés, à l'exception de Dorian Cherpion, sont également jugés pour d'autres faits connexes.

Une peine minimale de vingt ans a été requise à l'égard de Tahar Zouad jugé par le biais de la connexité pour les faits qui se sont déroulés à Virelles (Chimay), le 20 octobre 2007, et à Wayaux (Les Bons Villers), le 24 octobre 2007.

L'avocat général, Alain Lescrenier, a fait état des antécédents judiciaires de Dorian Cherpion. "Il n'est accusé que d'un seul fait mais nous savons qu'il a participé à d'autres", a-t-il souligné, ajoutant que l'accusé refusait d'assumer ses responsabilités. "Tout comme les enquêteurs, je ne crois pas à votre innocence. Vous êtes le tueur de Pascal Hennuy." L'avocat général a requis la perpétuité pour Dorian Cherpion, tout comme pour Abdelah Mostefa, qu'il considère comme le dirigeant et le moteur des cambriolages.

Selon le ministère public, les regrets manifestés par les accusés à l'audience sont juste du cinéma. Aucune circonstance atténuante n'est à retenir dans le chef d'aucun des accusés.

Pour Frédérick Echazar, impliqué dans les quatre faits, l'avocat général a requis trente ans de réclusion. Et pour Tahar Zouad, une peine minimale de vingt-cinq ans. "La perpétuité, alors que d'autres qui partagent la même responsabilité dans ces cambriolages sont en liberté actuellement, semble humainement injuste", a indiqué Michael Donatangelo, conseil de Abdelah Mostefa, en rappelant que la prison avait une fonction réparatrice qui devait permettre aux accusés de se réintégrer dans la société. Il a mis en avant différentes circonstances atténuantes, tels que l'immaturité de son client et ses aveux spontanés.

Pierre Chomé, conseil de Dorian Cherpion, a souligné que la sanction infligée aux accusés devait être le signe de la fermeté et de l'humanité.

Le conseil de Frédérick Echazar, Delphine Bourtembourg, a rappelé que son client était le plus jeune des accusés. "Mon client avait 16 ans au moment des faits". La défense de Tahar Zouad sera entendue mercredi après-midi.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires