Assises du Hainaut : "c'est leur parole contre la mienne"

09/09/10 à 12:12 - Mise à jour à 12:12

Source: Le Vif

Aubain B., le jeune mineur qui a participé au braquage de la boulangerie de Jamioulx, a désigné mercredi Dorian Cherpion comme étant l'auteur du tir mortel devant la cour de d'assises du Hainaut.

Assises du Hainaut : "c'est leur parole contre la mienne"

© Belga

Dorian Cherpion, Abdelah Mostefa, Frédérick Echazar sont accusés de vol ayant entraîné la mort de Pascal Hennuy, à Jamioulx le 5 novembre 2007.

Aubain B., qui comparaît en qualité de simple témoin, a reconnu avoir participé aux braquages de Jamioulx, de Virelles et de Lodelinsart mais nie toute collaboration à celui de Wayaux.

Interrogé par le président Olivier Delmarche sur l'auteur du tir mortel, Aubain B. a désigné Dorian Cherpion. Lorsque le président a souligné que les accusés le désignaient lui comme étant le tireur, le témoin a répondu que "c'est leur parole contre la mienne. A vous de découvrir la vérité". Il a ajouté que Dorian Cherpion était celui qui avait fouillé l'étage avant de s'emparer des bijoux et qu'il avait tiré sur le boulanger.

Anthony M., l'apprenti de Pascal Hennuy, a reconnu avoir fourni tous les détails de la boulangerie, nécessaires au braquage.

Si le témoin a avoué qu'il était payé correctement, il a, à plusieurs reprises, souligné la haine qu'il nourrissait envers son employeur. "Je voulais me venger d'avoir été humilié. Je voulais qu'ils lui infligent une bonne correction", a confié Anthony M. qui n'a pas pu donner d'exemples de maltraitance verbale qu'il dit pourtant avoir subie.

Anthony M. a cependant admis qu'en dehors du travail, Pascal Hennuy et son épouse pratiquaient avec lui de multiples activités. D'après le témoin, s'il ne s'est pas ouvert à son père de cette haine qu'il portait à Pascal Hennuy, c'est parce qu'il ne voulait pas "gâcher leur amitié".

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires