Asile : Maggie De Block veut plus d'argent pour sa politique

23/01/12 à 19:58 - Mise à jour à 19:58

Source: Le Vif

La secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Maggie De Block (Open Vld), entend réclamer à l'occasion du prochain contrôle budgétaire davantage de moyens financiers.

Asile : Maggie De Block veut plus d'argent pour sa politique

© Image Globe

Dans une interview à paraître ce mardi dans l'hebdomadaire flamand 'Humo', Mme De Block compte demander un "montant important", et se dit confiante de l'obtenir, alors que le gouvernement Di Rupo sera contraint de faire un effort financier supplémentaire pour respecter ses engagements budgétaires.

"Le gouvernement devra choisir pour un nombre de dossiers prioritaires. J'ai besoin de cet argent pour financer de nouvelles initiatives. Il n'y a par exemple rien de prévu dans le budget actuel pour les coûts de personnel du nouveau centre fermé. Et si je veux mener une politique de retour efficace, il faudra aussi plus d'argent", insiste la libérale.

Combien d'argent ?

La secrétaire d'Etat ne le précise pas, mais parle seulement d'un "montant important. Mon dossier est prêt. Je ne demanderai pas un euro de trop, mais pas un de moins non plus", souligne Mme De Block, sûre d'obtenir ce qu'elle demande. "Je recevrai cet argent (car) le gouvernement souhaite résoudre ce problème".

Interrogée par l'hebdomadaire sur les récentes déclarations de Bob Pleysier, ancien directeur de Fedasil et actif dans le secteur depuis des années, la secrétaire n'a pu identifier l'intéressé. "Bob qui ? Je ne connais pas cette personne", a-t-elle demandé. Informée par le journaliste sur l'identité de M. Pleysier, la secrétaire d'Etat a répliqué : "So What! Bob Pleysier a le droit d'avoir une opinion, comme tout le monde. Il a aussi le droit de se présenter sur une liste (électorale, ndlr) et devenir le prochain ministre de l'Asile et de l'Immigration".

Mme De Block a été la cible de critiques acerbes dans une partie de la presse ces dernières semaines pour sa prétendue méconnaissance de la matière dont elle a hérité.

"il n'est pas question de supprimer des places d'accueil"

A l'instar de la secrétaire d'Etat Maggie De Block, Fedasil dément aussi ce lundi qu'il soit question de supprimer 1.900 places d'accueil pour demandeurs d'asile. "Fedasil dispose des moyens pour garder disponibles 1.900 places jusqu'à fin mars. Actuellement, Fedasil cherche des solutions pour assurer l'accueil d'urgence jusqu'au 31 mai -ainsi qu'il a été décidé en conseil des ministres le 20 juillet 2011-", indique un communiqué de presse de l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile.

La porte-parole de Maggie De Block (Open Vld) avait déclaré la même chose, en réaction à l'annonce par SOS Accueil de la suppression prévue de ces places.

Selon le consortium SOS Accueil, plus de 1.000 personnes ayant droit à l'accueil ont déjà été jetées à la rue depuis le mois de novembre. SOS Accueil plaide pour la création de plus de places d'accueil.

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires