Arrêts de travail dans les établissements scolaires suivis à 75%

22/10/14 à 12:58 - Mise à jour à 12:58

Source: Belga

Les arrêts de travail observés dans les établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles affichent jusqu'à présent un taux de participation moyen de 75%, a indiqué mercredi matin Eugène Ernst, secrétaire général de la CSC, contacté par l'agence Belga.

Arrêts de travail dans les établissements scolaires suivis à 75%

© Belga

Les enseignants sont invités à participer, ces mercredi et jeudi, à des séances d'une heure pour prendre connaissance des mesures budgétaires conclues par les gouvernements fédéral et de la FWB.

Lors de ces réunions d'information, sont abordés les différents griefs des syndicats, tels que la pension anticipée reportée à 63 ans et la diminution du montant de la pension. Combiné à cela, les syndicats regrettent la suppression de la bonification pour diplôme (qui permet de compter les années d'études dans le calcul de la pension), la modification du traitement de référence (passant de 10 ans actuellement à 20 ans voire l'entièreté de la carrière) ainsi qu'une rectification du mode de calcul de la pension (faisant passer le tantième de 60 à 55).

"L'effet conjugué de la suppression de la bonification pour diplôme et la modification du mode de calcul allongera la carrière de six ans pour obtenir la même pension que précédemment. Si à cela, on ajoute l'effet de la modification de la période de référence sur l'ensemble de la carrière, la pension de l'enseignant diminuerait de 22%", précise pour sa part le front commun syndical régional de Mons-La Louvière. Les représentants du corps enseignant pointent également du doigt le report de l'accès aux mesures de fin de carrière.

"L'impact des mesures budgétaires du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est finalement moindre que celles prises au niveau fédéral. Ces dernières veulent nous faire basculer dans un autre monde. Nous ne sommes pas contre l'évolution mais là, il est réellement question de basculement", souligne Eugène Ernst. "Avant 2000, les enseignants pouvaient partir à la pension anticipée à 50 ans. Aujourd'hui, elle monte à 63 ans, au mieux, avec une pension plus basse", regrette encore le syndicaliste.

Le front commun syndical appelle les enseignants à participer aux grèves nationales des 6 novembre et 15 décembre ainsi que celles organisées au niveau provincial les 24 novembre, 1er et 8 décembre.

Nos partenaires