Armes wallonnes en Libye : le MR pointe les fractures dans la majorité

25/02/11 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: Le Vif

Le MR a exprimé ses regrets à l'égard du faible souci de transparence de la majorité Olivier dans le débat sur les livraisons d'armes à la Libye. Il a également pointé du doigt les "fractures" apparues au sein du gouvernement wallon dans ce dossier et s'interroge sur les contacts pris par la Région avec le niveau fédéral.

Armes wallonnes en Libye : le MR pointe les fractures dans la majorité

© Belga

Lundi après-midi, les députés interrogeront le ministre-président Rudy Demotte à propos du dossier libyen. Les questions seront toutefois posées en Commission et non en séance plénière et après l'examen de trois projets de décret, dont l'un qui institue un "Mérite wallon".

"C'est une longue tradition au parlement wallon que le débat sur les armes ne soit pas public. Sous la législature précédente, j'ai dû me battre pour que le règlement du parlement relatif aux travaux de la sous-commission Armes soit revu. Mais visiblement, aller en séance plénière sur un tel dossier pose encore problème", a souligné le député Richard Miller.

Le député s'interroge également sur la confiance entre le PS, le cdH et Ecolo dans ce dossier. Le ministre-président Rudy Demotte a accordé la licence en juin 2009, le lendemain des élections, lorsque la nouvelle majorité n'était pas encore constituée mais celle-ci a été confirmée en novembre 2009 après un arrêt de suspension du Conseil d'Etat, alors que le nouveau gouvernement exerçait pleinement ses compétences.

"Ce gouvernement s'est fracturé. Comment retrouver la confiance entre les partenaires lorsqu'Ecolo et le cdH prennent toutes les distances possibles et imaginables en disant que M. Demotte a pris seul cette décision? Or, cette décision a été confirmée quelques mois plus tard par un gouvernement de plein exercice, dont Ecolo faisait partie. Je me demande comment ils peuvent encore s'asseoir tous autour d'une table", a fait remarquer M. Miller.

Le MR veut enfin faire toute la lumière sur la façon dont le ministre-président s'est entouré des informations nécessaires pour prendre sa décision, cette compétence lui appartenant personnellement, en particulier sur la consultation du fédéral.

Jeudi, à la Chambre, le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, a indiqué que la Région wallonne n'avait adressé aucune demande d'avis à son département comme l'y autorise, mais non l'y contraint, un protocole conclu en 2007. Or, le 1er février 2010, M. Demotte a évoqué dans une réponse à une question parlementaire des contacts pris avec le fédéral en tout début de processus. Jeudi soir, son cabinet a précisé que des contacts avaient eu lieu portant sur la situation générale de la Libye mais pas dans le cadre précis de la demande de licence de la FN pour la Libye.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires