Armes : le gouvernement wallon reverra le secteur la semaine prochaine

30/11/11 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Le Vif

Le gouvernement wallon recevra une nouvelle fois la semaine prochaine les représentants du secteur de l'armement, a indiqué mercredi au parlement le ministre-président, Rudy Demotte, en réponse à des questions de Willy Borsus (MR) et de Michel de Lamotte (cdH). Le gouvernement se réunira ensuite en comité restreint pour examiner à nouveau le projet de réforme de la procédure d'octroi des licences d'armes.

Armes : le gouvernement wallon reverra le secteur la semaine prochaine

© Belga

Contrairement à ce qu'ont pu affirmer les syndicats qui manifestaient devant le parlement, la concertation a eu lieu avec le secteur à une dizaine de reprises, a martelé M. Demotte.

"Il n'y a pas de fait accompli, ce sont des mensonges. Il y a encore une étape de concertation prévue la semaine prochaine. Nous ne déciderons pas avant d'avoir indagué jusqu'au bout les arguments des uns et des autres", a-t-il dit.

Interrogé dans les couloirs de l'assemblée, le ministre de l'Economie, Jean-Claude Marcourt a reconnu que l'exécutif régional n'avait toujours pas pu s'accorder sur cette question: "Aujourd'hui, nous n'avons pas encore trouvé un consensus au gouvernement".

Le mécanisme d'autorisation préalable à la signature d'un contrat qui serait imposée dans certains cas cristallise les oppositions du secteur. "Il y a un moyen d'arriver à un consensus en maintenant une forme d'autorisation préalable", estime le ministre liégeois.

Aux yeux de M. Demotte comme de M. Marcourt, il importe de trouver un équilibre entre les impératifs éthiques et les réalités économiques. M. Marcourt a appelé à cet égard à ne pas faire preuve d'angélisme. "Il ne suffira pas que la Wallonie arrête de vendre des armes pour que le monde se mue en un océan de paix. Nous avons un secteur reconnu mondialement, il ne faut pas en faire une tête de turc et il ne faudrait pas avoir trop tendance à mettre en exergue un incident (la vente d'armes à la Libye, ndlr) en oubliant les centaines de licences accordées chaque année", a-t-il expliqué.

La concurrence est rude dans ce secteur et les entreprises wallonnes ont face à elles des concurrents puissants, a fait remarquer le ministre de l'Economie. "Je ne voudrais pas que l'on enlève à ces entreprises des conditions de compétition normales parce qu'il s'agit du secteur de l'armement".

Sur les bancs de l'opposition, le chef de groupe MR Willy Borsus, a mis en cause le comportement de la composante Ecolo de la majorité Olivier, à l'instar des syndicats qui manifestaient devant l'assemblée.

"Il y a une composante de votre gouvernement qui veut le scalp des industries de l'armement", a-t-il lancé. "Démagogie! ", a rétorqué Marcel Cheron (Ecolo).

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires