Argentine:manifestation contre l'assignation à résidence d'un tortionnaire de la dictature

07/01/18 à 06:28 - Mise à jour à 06:30

Source: Belga

(Belga) Des centaines de personnes ont manifesté samedi devant le domicile de Miguel Etchecolatz, un ancien chef de la police sous la dictature argentine (1976-1983), pour protester contre la décision de la justice de l'autoriser à purger chez lui sa condamnation à la prison à perpétuité.

Devant la maison de Miguel Etchecolatz, située dans un quartier résidentiel de Mar del Plata, une station balnéaire à 400 km de Buenos Aires, les manifestants ont brûlé un pantin le représentant et lancé des fusées rouges pour représenter le sang versé par les victimes de la dictature (1976-1983), durant laquelle 30.000 personnes ont disparu, selon les organisations humanitaires. Sur les visages des manifestants, des masques blancs portant le nom de Julio Lopez, un maçon de 77 ans, disparu en 2006 alors qu'il se rendait au tribunal pour témoigner contre Miguel Etchecolatz. L'ex-policier est soupçonné d'être responsable de sa disparition. Cette manifestation devant la maison d'Etchecolatz s'inscrit dans le cadre d'une série de manifestations pour protester contre sa sortie de prison qui a été accordée par la justice fin décembre. A la tombée de la nuit, une autre manifestation s'est déroulée dans les rues de cinq quartiers du centre-ville de Mar del Plata. En tête de cortège, des Mères de la place de Mai, et le fils de Julio Lopez. Ces manifestations, qui ont débuté vendredi à l'appel d'organisations de défense des droits de l'homme, avaient pour consigne "Pas de répit pour les génocidaires". Elles doivent se poursuivre, a déclaré à l'AFP Ernesto, un des organisateurs, qui exige pour le tortionnaire "la prison commune, à perpétuité et effective". (Belga)

Nos partenaires