Après un an de gestes choc, le pape clôt l'Année sainte de la miséricorde

20/11/16 à 12:34 - Mise à jour à 12:36

Source: Belga

(Belga) Le pape François a clôt dimanche son "Année sainte de la miséricorde", leitmotiv qu'il a décliné sans relâche avec des gestes choc, comme le rapatriement de migrants dans son avion ou l'accueil au Vatican de longues processions d'exclus comme les détenus.

Après un an de gestes choc, le pape clôt l'Année sainte de la miséricorde

Après un an de gestes choc, le pape clôt l'Année sainte de la miséricorde © BELGA

La "Porte sainte" de la basilique Saint-Pierre a été refermée dimanche en milieu de matinée par le pape, très recueilli en tirant lentement les deux battants de la lourde porte de bronze. Il est resté ensuite immobile en prière la main sur son crucifix, avant de célébrer une messe en plein air devant 70.000 fidèles et tous ses cardinaux, sur une place Saint-Pierre remplie sans être bondée. "Demandons la grâce de ne jamais fermer les portes de la réconciliation et du pardon, mais de savoir dépasser le mal et les divergences", a dit le pape François dans son homélie, avant d'appeler les croyants à "donner leurs chances aux autres". Le pape avait ouvert cette porte sainte le 8 décembre 2015, en présence du pape émérite démissionnaire Benoît XVI, absent dimanche. Selon une tradition datant du Moyen-Age, en passant cette porte, les pèlerins chrétiens ont pu demander le pardon de leurs péchés. Fait inédit, le pontife argentin a souhaité l'ouverture de milliers de portes saintes dans le monde, ouvrant personnellement la première en Afrique, à la cathédrale de Bangui. Les autres portes saintes - refermées une semaine plus tôt - ont essaimé dans des sanctuaires, des camps de réfugiés, des prisons, des centres sociaux... Le pape a répété toute l'année que les hommes doivent ouvrir "les portes de leur coeur" et faire preuve de "tendresse". Il illustre sa recommandation en embrassant des milliers de pèlerins, avec une prédilection pour les sans-abri et les détenus, dont les pèlerinages ont clôturé l'année sainte en novembre. Un vendredi par mois, le pape argentin est aussi allé rencontrer des enfants hospitalisés, d'anciens toxicomanes, des ex-prostituées, des prêtres défroqués pères de famille... (Belga)

Nos partenaires