Appel pour relancer la Belgique: cdH et Ecolo-Groen à 100% pour, Marcourt (PS) nuancé

18/05/16 à 12:21 - Mise à jour à 12:21

Source: Belga

(Belga) L'appel au Premier ministre Charles Michel de trois grands patrons pour relancer la Belgique a été accueilli avec ferveur par deux partis francophones d'opposition au niveau fédéral, le cdH et Ecolo, tandis que le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS) y voyait moins un défaut de structure que de personnalité.

Appel pour relancer la Belgique: cdH et Ecolo-Groen à 100% pour, Marcourt (PS) nuancé

Appel pour relancer la Belgique: cdH et Ecolo-Groen à 100% pour, Marcourt (PS) nuancé © BELGA

"Le cdH est 100% partant pour dépasser séance tenante les clivages majorité/opposition, fédéral/entités fédérées sur des sujets aussi importants que l'énergie, la mobilité, la sécurité, le vieillissement ou la compétitivité", a indiqué le parti centriste dans un communiqué. "La Belgique a de toute urgence besoin de renouer avec une gouvernance d'unité nationale, qui soit source de fierté pour l'ensemble des habitants du Royaume", ajoute le parti de Benoît Lutgen. Interrogée par lesoir.be, la co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi répond "trois fois oui" à la carte blanche du trio patronal. "Ce qu'ils proposent est très mobilisateur. Nous leur avons d'ailleurs envoyé une invitation pour venir discuter avec notre bureau politique". A ses yeux, "il est temps que le Premier ministre sorte du bois", via le comité de concertation. C'est précisément le blocage de cet organe que le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS) a pointé du doigt lui aussi. Interrogé sur La Première (RTBF), il juge toutefois que le problème ne réside pas tant dans la complexité des structures institutionnelles que dans les personnes. "Quand le gouvernement fédéral s'est installé, il a dit 'priorité au socio-économique', or ce sont des capitaines d'industrie qui disent que le système ne va plus". Et de pointer du doigt le leadership du Premier ministre. En Flandre, Groen a lui aussi jugé que le chef de l'exécutif fédéral manquait de leadership. "La Belgique n'est pas un Etat en faillite, mais beaucoup de choses ne vont pas bien aujourd'hui", selon le député Kristof Calvo. A ses yeux, les cinq priorités avancées par le trio patronal "sont les bonnes". (Belga)

Nos partenaires