Anvers : "le sp.a ne bloquera pas la ville"

13/11/12 à 16:08 - Mise à jour à 16:08

Source: Le Vif

La direction du sp.a anversois a décidé ce mardi soir, à l'unanimité", que son parti "ne bloquera certainement pas la Ville", a indiqué l'échevin et négociateur Robert Voorhamme.

Anvers : "le sp.a ne bloquera pas la ville"

© Image Globe

Le parti ne dit pas encore clairement s'il apportera les signatures nécessaires pour aider le CD&V a obtenir un ou plusieurs mandats éventuels d'échevins alors que le sp.a serait dans l'opposition, mais il affirme vouloir attendre une demande en ce sens du CD&V pour "pouvoir discuter et régler concrètement les choses".

Vu l'appel du pied lancé plus tôt dans la journée par Bart De Wever envers le CD&V, les socialistes anversois ont dit considérer le cartel comme caduc. Le sp.a anversois doit décider ce mardi s'il acceptera ou non de signer pour la nomination aux postes d'échevins de candidats CD&V figurant sur la liste commune.

Le CD&V n'a pas encore réagi officiellement ce mardi soir aux derniers rebondissements anversois. Le parti souhaiterait d'abord s'entretenir avec le sp.a mais selon M. Voorhamme, cela ne se produira probablement pas ce mardi soir.

Selon M. Voorhamme, les interviews données le week-end dernier par le chef de file anversois du CD&V, Marc Van Peel, ont ouvert la porte à un rapprochement avec Bart De Wever. Selon lui, M. De Wever a d'ailleurs rédigé sa note de formation spécifiquement pour l'Open Vld et le CD&V. Le sp.a et Groen l'avaient formellement rejetée. "De Wever a dit dès le premier jour qu'il souhaitait aller vers cette coalition", souligne M. Voorhamme.

Mise sur pied par le bourgmestre sortant Patrick Janssens, la Stadslijst anversoise semble donc avoir vécu. "Si (De Wever) négocie avec une seule des deux composantes, ce sera la fin de facto" du cartel, a-t-il ajouté. "Je me sens en tout état de cause trompé par le CD&V", a-t-il conclu.

Le sp.a réclamait de monter au pouvoir avec les écologistes de Groen vu leur succès électoral à Anvers. Pour Bart De Wever, cet attelage était toutefois impossible vu la position de Groen sur les sujets liés à la mobilité.

L'appel du pied de De Wever

Bart De Wever a indiqué plus tôt ce mardi souhaiter poursuivre les négociations avec une seule des deux composantes de la Stadslijst, un cartel formé par le sp.a et le CD&V.

Lors d'une déclaration publique à Anvers, le président de la N-VA a reconnu que la situation politique était actuellement bloquée. Vu les positions exprimées par la Stadslijst après les élections, le chef des nationalistes flamands ne voyait qu'une seule solution : le soutien de la Stadslijst à un collège minoritaire formé par la N-VA.

Bart De Wever a toutefois évoqué une autre piste, à savoir la poursuite des discussions avec seulement "une seule des deux composantes du cartel". Il ne l'a pas citée nommément, mais il pense évidemment au CD&V. "Je ne peux toutefois me prévaloir ici d'aucun engagement formel ou informel qui aurait été donné par la Stadslijst, ni par le sp.a ou le CD&V séparément", a ajouté le patron de la N-VA. "C'est donc une option que je ne peux demander qu'en toute humilité", a-t-il confessé. Selon lui, une concertation avec la Stadslijst devrait suivre très rapidement.

Bart De Wever est arrivé à cette conclusion vu l'impossibilité, selon lui, d'intégrer Groen dans la majorité, comme le réclame la sp.a, a-t-il expliqué. Il redoute que pareil choix n'entraîne une rupture avec le gouvernement flamand et provoque "de nouveaux blocages pour le dossier mobilité".

Pour justifier son appel à un collège minoritaire, le chef des nationalistes a rappelé mardi les déclarations prononcées le 18 octobre dernier par la Stadslijst. Le bourgmestre sortant Patrick Janssens, qui a quitté les négociations depuis lors, avait alors dit que la Stadslijst était disposée à soutenir un collège communal minoritaire formé par la N-VA si aucune majorité ne pouvait se dégager. Selon M. De Wever, cette dernière option est la seule solution qui subsiste.

Mais "dans l'intérêt d'une formation rapide et stable de la coalition", il demande toutefois à la Stadslijst de pouvoir négocier séparément avec "une seule de ses composantes". Plusieurs observateurs spéculent depuis un petit temps sur une majorité formée par le CD&V et la N-VA à Anvers.

Le chef de file des chrétiens démocrates anversois, Marc Van Peel, avait indiqué le week-end dernier n'avoir pas envie de se contenter d'un rôle d'opposition dans sa ville.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires