Annemie Turtelboom confirme la suspension de Fernand Koekelberg

08/08/11 à 11:03 - Mise à jour à 11:03

Source: Le Vif

La suspension de l'ancien commissaire-général de la police fédérale Fernand Koekelberg reste en vigueur. C'est ce qu'a déclaré la ministre de l'Intérieur du gouvernement fédéral sortant, Annemie Turtelboom (Open Vld) lundi dans l'émission "De Ochtend" sur Radio 1. La ministre a donc confirmé les deux suspensions prononcées par le commissaire-général ad interim de la police fédérale Paul Van Thielen.

Annemie Turtelboom confirme la suspension de Fernand Koekelberg

© Belga

Fernand Koekelberg avait dû démissionner de son poste en mars, après avoir été mis en cause pour des dépenses jugées excessives lors d'un voyage professionnel au Qatar.

Nommé officier de liaison entre la police fédérale et les Régions et Communautés, il a été inculpé à la mi-juillet par le juge d'instruction de Namur pour viol, coups et blessures et menaces sur une ex-compagne. C'est cette inculpation qui lui vaut d'être suspendu par son successeur ad interim, Paul Van Thielen. "Je constate qu'en mars, M. Koekelberg a démissionné et qu'entre-temps, il a été inculpé par le juge d'instruction", a souligné Mme Turtelboom précisant qu'elle allait dès lors "prolonger sa suspension".

La ministre a affirmé souhaiter un jugement rapide dans cette affaire. "Ce sera le mieux pour M. Koekelberg lui-même et pour les personnes concernées mais aussi pour la police fédérale."

Annemie Turtelboom espère aussi que la procédure de sélection d'un nouveau commissaire-général sera bouclée en octobre. Fernand Koekelberg fait partie des candidats à la fonction. Ce n'est pas le cas de Paul Van Thielen.

Fernand Koekelberg n'a pas encore été officiellement informé du fait que la ministre de l'Intérieur a confirmé sa suspension, a indiqué lundi son avocate à l'Agence Belga. La défense de M. Koekelberg déposera un nouveau recours contre cette suspension devant le Conseil d'Etat.

"Nous ne sommes plus dans un cas d'extrême extrême urgence comme la semaine dernière, où nous étions tenus par la date limite de dépôt des candidatures (au poste de commissaire général de la police fédérale, le 3 août, ndlr)", explique Joëlle Sautois.

Les délais de prise en compte du Conseil d'Etat risquant de dépasser la durée de la suspension -quatre mois- infligée à Fernand Koekelberg par son successeur, Paul Van Thielen, les avocats de M. Koekelberg introduiront un nouveau recours en extrême urgence. Ce recours devrait être déposé dans les cinq jours ouvrables, le délai considéré comme "normalement diligent" par le Conseil d'Etat.

"Nous contesterons donc cette suspension sur le fond, en reprenant certains arguments déjà avancés lors des recours précédents", indique l'avocate. La défense pourrait donc plaider le traitement inégal.

La décision du Conseil d'Etat pourrait être rendue dans deux semaines.


Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires