Andres Serrano : "Je pense que j'ai ma place au Vatican aujourd'hui"

18/03/16 à 13:47 - Mise à jour à 14:14

Source: Le Vif/l'express

Andres Serrano ne se prétend pas provocateur. Il dit chercher par ses images à bousculer les consciences. Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, à Bruxelles, lui consacrent une grande rétrospective. Avec des oeuvres qui ont fait scandale. Interview.

Affable, souriant et disponible, Andres Serrano a l'allure d'un vieux rocker, une carrière dont il a rêvé mais qu'il a mise en sommeil au profit d'une croisade dans l'art. Il doit avoir une peau de crocodile pour résister aux critiques et aux actes de vandalisme dont ses oeuvres ont fait l'objet. Sa volonté de rester en retrait de ses sujets accentue son ambiguïté. Il peut photographier un oeil perçant qui nous regarde derrière la cagoule d'un adepte du Ku Klux Klan et sur une autre image, un Afro-Américain hilare dans le même costume mais devant un fond de flammes infernales. Andres Serrano brouille les pistes. L'origine d'un grand malentendu ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires