Amnesty International accuse les forces syriennes et russes de viser des hôpitaux

03/03/16 à 11:47 - Mise à jour à 11:47

Source: Belga

(Belga) Les forces gouvernementales syriennes et russes ciblent délibérément et systématiquement des hôpitaux en Syrie, affirme Amnesty International dans un communiqué jeudi. Ces attaques auraient eu lieu durant ces trois derniers mois et viseraient à faire avancer les forces terrestres dans le nord du gouvernorat d'Alep (Nord-Ouest de la Syrie).

Amnesty International accuse les forces syriennes et russes de viser des hôpitaux

Amnesty International accuse les forces syriennes et russes de viser des hôpitaux © BELGA

L'organisation non gouvernementale assure avoir récolté "des éléments de preuve irréfutables concernant au moins six attaques délibérées contre des hôpitaux, des centres médicaux et des cliniques" dans la région du nord d'Alep. Elles auraient coûté la vie "à au moins trois civils et fait 44 blessés". "Le plus choquant, c'est que cela semble désormais faire partie de la stratégie militaire" des forces syriennes et russes, a déclaré Tirana Hassan, directrice du Programme de réaction aux crises de l'ONG. Selon des professionnels de la santé interrogés par l'organisation, viser les hôpitaux ferait fuir la population et faciliterait alors une invasion au sol. Amnesty International rappelle le droit humanitaire international. "Les attaques délibérées contre des civils qui ne prennent pas directement part aux hostilités et contre des biens à caractère civil (...) constituent des crimes de guerre." Les hôpitaux doivent être protégés sauf s'ils sont utilisés à des fins autres qu'humanitaires. L'ONG assure que "toutes les personnes interrogées ont affirmé qu'il n'y avait pas de véhicules militaires, de postes de contrôle, de combattants ni de lignes de front près des hôpitaux attaqués". "Les autorités russes continuent à nier avoir tué des civils ou avoir endommagé des infrastructures civiles en Syrie, malgré de nombreux éléments attestant des centaines d'homicides dans ces circonstances et de nombreuses attaques contre des bâtiments civils", avance Amnesty International. Les forces russes sont engagées en Syrie depuis septembre 2015. (Belga)

Nos partenaires